Le plus répugnant mensonge fait aux juges contre moi




Le plus répugnant mensonge fait aux juges contre moi

Je n’ai jamais parlé d’un procès qui me concernerait. Riposte laique a jugé bon de le faire à propos de l’attaque de Caroline Fourest et je le regrette. J’estime que la justice n’a pas à se rendre par la voie de la presse.

C’est pourquoi je n’ai ni nommé ni désigné autrement, personne dans l’article qui fait réagir Caroline Fourest. Le public n’a pas à savoir qui était en cause dans le procès auquel j’ai fait référence dans cet article. Par contre, le type de pratique qui s’y est déroulé mérite d’être connu.

En ce qui me concerne particulièrement, je tiens à revenir ici sur l’accusation portée devant des juges contre moi par :  «  Ceux qui tentent de me faire passer pour raciste à cause de cette opposition aux violations de la démocratie et des droits humains par le droit islamique … »

J’ai écrit à ce sujet :
« Ils se reconnaîtront. En particulier ceux qui osent tenir ce langage de pute devant la justice française, en ayant le cynisme de tromper les juges, qui ne sont pas spécialistes des questions islamiques, en se prétendant, eux ou leurs clients, spécialistes réels de l’islam et de l’anti-racisme ».

L’accusation lancée contre moi de racisme, d’être contre des minorités, est une pure calomnie, une accusation doublement ignoble, doublement honteuse, doublement sale et répugnante.




Premièrement, elle est ignoble parce que entièrement fausse. 

Elle est à l’opposé total de mes convictions. La haine des personnes m’insupporte. En être accusée est insupportable. Et ceux qui m’en accusent devant des juges le savent parfaitement. Ils savent parfaitement qu’ils déversent des insultes immondes. Ils s’en amusent d’ailleurs, sachant combien il est difficile de démonter cette accusation, qui n’est que pure calomnie, dans l’espace de temps limité d’un procès.

Je suis avec d’autres, «  la voix des sans-voix des pays musulmans », je ne suis pas « contre les musulmans » tout au contraire. Comme ces personnes « sans-voix », je suis pour que les personnes dites musulmanes s’émancipent des textes sacrés de l’islam. Je pense, comme nombre d’ex-musulmans ou d’athées de famille musulmane, que la seule issue pour cela est la coupure avec ces textes. Il y en a peut-être d’autres, mais pour l’instant aucune expérience concluante ne l’a montré, la référence à l’islam a toujours ramené un jour ou l’autre à l’application des lois du combat sur le chemin d’Allah.

Deuxièmement, elle est un mensonge cynique dit en toute connaissance de cause à des juges, une insulte à la justice.

Ceux qui m’accusent ainsi devant la justice, savent parfaitement qu’ils déversent des insultes immondes, plus que blessantes, et se moquent des juges. En déversant leurs tonneaux de m…. sur moi devant eux, c’est dans le même temps sur les juges qu’ils les déversent.




Aucun commentaire: