LES VRAIS PROMOTEURS D’UN “RACISME ANTI-MUSULMAN”





Je reprends : ceux qui défendent l’islam absolument sont les vrais promoteurs du “racisme anti-musulmans”
L’islam, sa doctrine, EST “intégriste” barbare sauvage .
LA DEFENSE DE LA DOCTRINE DE L’ISLAM contre toute accusation d’intégrisme EST RACISTE DANS LA MESURE OU LES DEFENSEURS DE L'”ISLAM” ENCOURAGENT LE “RACISME-ANTIMUSULMAN” puisqu’ils traitent l’islam comme une NATURE, UN QUASI-GENE des personnes musulmans, dont ils ne pourraient s’évader,
CEUX QUI S’INDIGNENT DE CE QU’ILS APPELLENT L’ESSENTIALISATION DE L’ISLAM ENCOURAGENT LE “RACISME ANTIMUSULMAN” car ils brouillent les distinctions entre les catégories, et appliquent à une abstraction, la doctrine de l’islam, inanimée, un processus, l'”essentialisation” qui concerne des personnes, êtres animés, BROUILLANT LES DISTINCTIONS ENTRE PERSONNES ET IDEES, ILS NATURALISENT LES IDEES ET Y ENFERMENT LES PERSONNES, selon le même mécanisme que celui qu’ont employé les antisémites nazis et Drumont entre autres.
Une fois de plus je le répète et il faudra le répéter autant qu’il le faudra : une doctrine n’est pas une réalité identique à des personnnes. Les personnes ne sont en aucun cas liées, déterminées, par une doctrine qui a eu ou a cours dans le pays ou la famille où elles sont nés. Les êtres humains naissent libres et doués de RAISON. Tous sans distinction, …
L’islam est sanguinaire dans les normes de ses textes, l’intégrisme lui est essentiel, les musulmans qui l’observent intégralement sont bien des musulmans, et pour autant d’autres personnes qui se nomment aussi elles-mêmes musulmanes font le choix, librement, de ne pas appliquer ces normes là de l’islam, parce qu’elles estiment que leur conscience et leur raison leur dictent de ne pas le faire.
AFFIRMER ET REPETER QUE LA SEULE ISSUE PACIFIQUE SERAIT UNE REFORME DE L’ISLAM c’est ENFERMER DES PERSONNES DANS UNE IDEE, c’est ENFERMER DES PERSONNES qui aujourd’hui sont désignées ou se désignent comme musulmanes DANS UN DESTIN de “MUSULMANS/ISLAM”, dans une définition par une théorie, une doctrine, c’est cela “ESSENTIALISER”, “RACISER” des personnes.
Quand une idée est mauvaise, un être humain qui s’en aperçoit en change, il s’en débarrasse, et déjà nombre de musulmans apostasient et probablement quantité d’autres le feront, le feraient, si des vendus, des vaniteux, des paresseux ne cessaient de leur faire croire qu’une réforme de l’islam crédible est en cours et que seuls d’abominables racistes qui les haïssent prétendent le contraire.
La “réforme” la plus crédible de l’islam fut celle proposée par Taha au Soudan, qui proposait de faire prévaloir les normes les plus anciennes du coran sur les plus récente : est ce crédible, est ce que dans un seul autre système des lois plus anciennes ont prévalu sur des plus récentes édictées par la plus haute autorité, soit Dieu en personne dans le coran : bien sur que non.
L’islam est une doctrine de guerre finalisée au bout de quelques années d’une des conquêtes impérialiste les plus fulgurantes de l’histoire mondiale, ce qui est appelé “âge d’or” de l’islam est le moment de cette conquête : tu parles d’un ” âge d’or” !
Les textes sacrés de l’islam sont les textes adaptés à ce type de régime et d’action politique et militaire, où un paradis de bordel mêlant filles et garçon selon les goût est le summum de la spiritualité proposée au soudard, où l’on explique sans broncher qu’il faut croire sous peine d’enfer que le Maître de l’Univers aurait besoin que ses fidèles se tuent en tuant pour faire appliquer sa loi sur la terre. Il est difficile d’imaginer une doctrine plus guerrière, moins spirituelle, et plus semblable à ce que pourrait inventer un diable s’il existait.
Ces textes sont toxiques et comme l’explique la psychiatre Wafa Sultan, sont capables de “rendre fou” celui qui les lit et veut les croire et les suivre en tout. Des générations de personnes vivant dans les pays conquis y ont été soumises et mentalement ( pour une partie de ces générations sur laquelle cet endoctrinement a fonctionné) enfermées : il est temps que cela s’arrête, il est simple de changer cette situation par la réflexion, il est impossible de la changer par les armes …

Aphorismes


L'islam est vraiment une belle religion, grâce à elle la fachosphere pleure sur les gays tabassés.


[ NDR : et devient presque féministe ] 

Salon du cheval


A cheval en ville


Mieux que voiture et moto non ?



 Equidia Life

Policier à cheval



Brigade Équestre La Courneuve (93)




Garde Républicaine



Anne-Marie Delcambre, le massacre des juifs par Mahomet, et le procès Pascal Bruckner



Pascal Bruckner a parfaitement raison de qu'en accablant les intellectuels critiques de l'islam et les non musulmans,  de soit-disant anti-racistes se sont fait les collaborateurs intellectuels des partisans de la loi islamique y compris dans ses dispositions les plus violentes. A fortiori ce jugement est valable pour les délatrices qui mettent directement en danger des personnes précises qu'elles désignent.



 



Le curieux procès Bruckner

L'intellectuel comparaissait mercredi devant la 17e chambre pour des propos visant deux associations "complices idéologiques" des terroristes. 

PAR SAÏD MAHRANE (*)
Modifié le 01/12/2016 à 15:05 - Publié le 01/12/2016 à 11:25 | Le Point.fr

Pascal Bruckner. Mercredi, dans une indifférence médiatique générale, le philosophe était convoqué devant la 17e chambre du palais de justice de Paris pour avoir déclaré, en 2015, sur le plateau de 28 Minutes, une émission d'Arte, qu'il fallait « faire le dossier des collabos, des assassins de Charlie ». 
Et l'écrivain de citer, outre Guy Bedos et le rappeur Nekfeu, les associations Les Indivisibles de la militante antiraciste Rokhaya Diallo (qui n'en est plus membre) et Les Indigènes de la République d'Houria Bouteldja. 
Par leurs écrits et leurs actions militantes, ces associations auraient, selon Bruckner, « justifié idéologiquement la mort des journalistes de Charlie Hebdo ». Les Indivisibles et Le Parti des indigènes de la République ont déposé une plainte pour diffamation contre l'intellectuel, mais aussi contre Jeannette Bougrab, absente à l'audience, pour des déclarations de la même teneur.
Il s'agissait donc, pour la défense, de mettre en évidence l'idéologie de ces militants identitaires qui, outre leurs actions contre un supposé racisme d'État, font parfois des terroristes les victimes d'une France haineuse à l'endroit de ses citoyens d'origine étrangère, et des victimes les premières responsables de leur funeste sort. 
Le mérite de ce procès fut d'abord le débat de fond qu'il a permis durant plusieurs heures, notamment grâce aux interventions des témoins cités : le directeur de Charlie Hebdo, Riss, le politiste Laurent Bouvet, l'ancienne présidente de Ni putes ni soumises Sihem Habchi ou encore le philosophe Luc Ferry. 
Si chacun a reconnu l'existence d'un racisme ou d'une xénophobie visant des minorités, les intervenants ont d'abord clamé leur liberté de pouvoir critiquer toutes les religions, l'islam compris, sans pour autant être considérés comme des « islamophobes ». Un terme que tous ont récusé, y voyant un instrument d'intimidation infamant, sinon « une escroquerie intellectuelle ».

Cette déclaration est « une évidence et elle le reste »

Appelé à s'expliquer sur le sens de ses propos, Pascal Bruckner a dit les assumer, et être même prêt à les répéter. Cette déclaration faite sur Arte est pour lui « une évidence et elle le reste ». 
L'usage du terme « collabo » renvoie, explique-t-il, à la Seconde Guerre mondiale et à « ces journaux qui ont justifié la liquidation des résistants ou des juifs ». 
Luc Ferry parlera de « complicité objective » entre ces associations et les terroristes, « comme Rebatet et Drumont étaient les complices objectifs du fascisme. 
Comme Aragon et Althusser qui, s'ils n'ont pas armé la mitraillette, ont été les complices du stalinisme ». 
Pour Bruckner, la rhétorique victimaire et l'excuse sociale dès lors qu'il s'agit pour ces associations d'expliquer, par exemple, l'incendie de Charlie Hebdo survenu en 2011 ou la tuerie du 7 janvier 2015 « accoutument les esprits et reviennent à dire que Charlie Hebdo a mérité, en quelque sorte, un châtiment exemplaire ». 
Son avocat, Richard Malka, a lu durant l'audience des extraits troublants du livre d'Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République, intitulé Mohamed Merah et moi : « Mohamed Merah, c'est moi, et moi, je suis lui. Nous sommes de la même origine mais surtout de la même condition. Nous sommes des sujets postcoloniaux. Nous sommes des indigènes de la république. » Bruckner, dans la foulée, a cité Sartre : « Les mots sont des pistolets chargés. »
(...)
Le verdict sera rendu le 17 janvier...

IVG : un projet de loi inadapté contre des entraves réelles.

IVG :  un projet de loi inadapté contre des entraves réelles.



«  Garantir l’accès à l’IVG est la priorité absolue » dit Laurence Rossignol.

A lire le texte de la proposition de loi sur l’entrave numérique à l’IVG, il est clair en effet que cette considération d’une « priorité absolue » a prévalu sur toute autre.

Quand un ou une juriste voit apparaître le mot « absolue », il commence à s’inquiéter. Dans le droit il n’y a jamais d’ « absolu ». Qui reconnaitrait « le droit absolu » d’une ambulance du SAMU de foncer à 200 km à l’heure en pleine ville ? …

Les entraves à l’IVG par des procédés manipulatoires au moyen du Web sont réelles, mais la proposition de loi présentée au parlement, telle qu’elle est rédigée, n’est pas adaptée, et bafoue dangereusement nos principes juridiques.

De quels sites parlent la Ministre concrètement ?  « IVG.net », « EcouteIVG.net », « Afterbaiz » …
Les deux premiers ont utilisé la possibilité de réserver des noms de domaine en fonction uniquement de la date de la demande : le premier demandeur détiendra le nom quelque puisse être sa légitimité par ailleurs. Il apparaitra dès lors comme « le plus légitime » pour traiter du sujet. Les entreprises en ont pâti au début du développement de la toile, elles ont du « racheter » leur nom, réservé par des investisseurs malins.

Ces deux sites affichent aussi des « numéros verts ». Ils peuvent dès lors apparaître comme des « sites officiels » d’information.

La Ministre critique le fait que ces sites ne se présentent pas comme opposés à l’avortement et ne donnent pas d’informations pratiques sur « le parcours d’IVG », en particulier les adresses pour réaliser ces opérations. Elle parle d’écoutants harcelant les femmes qui les ont appelés, par des messages vocaux ou des textos.

Ces actions sont plus proches des délits d’utilisation de fausse qualité ou de harcèlement téléphonique que d’escroquerie par tromperie.

Certes il ne s’agit pas d’entraves par un fait initial d’incursion, par un démarchage, puisque les associations anti-IVG ne peuvent pas connaître les femmes s’interrogeant sur un éventuel IVG, mais il s’agit bien de pressions et de procédés permettant de faire perdre un temps précieux à des femmes cherchant des adresses d’établissement pratiquant l’IVG.

La réponse juridique adéquate consisterait à imposer à ces sites des mentions claires indiquant :
-         -  qu’ils ne sont pas rédigés par le gouvernement,
-          - qu’ils visent à dissuader les femmes d’avorter,
-          - qu’ils ne fournissent pas d’adresses d’établissement ou soignant pratiquant des IVG.

La proposition de loi soutenue par le gouvernement va plus loin, et à mon avis, bien trop loin.

Il s’agit de sanctionner les informations faussées ou de nature à induire en erreur dans le but de dissuader de l’avortement :
PROPOSITION DE LOI
Article unique
L’article L. 2223-2 du code de la santé publique est complété par un alinéa ainsi rédigé :
«– soit en diffusant ou en transmettant par tout moyen, notamment par des moyens de communication au public par voie électronique ou de communication au public en ligne, des allégations, indications ou présentations faussées et de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur la nature, les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse ou à exercer des pressions psychologiques sur les femmes s’informant sur une interruption volontaire de grossesse ou sur l’entourage de ces dernières. »

En matière d’IVG, chaque camp accuse l’autre de délivrer des informations faussées et tronquées pour mettre les femmes psychologiquement dans un « entonnoir » les menant inexorablement à prendre la décision selon les uns d’avorter selon les autres de ne pas avorter.  

A mon avis, ces accusations mutuelles sont aussi fondées l’une que l’autre.

On pourrait légitimement accuser les sites du gouvernement ou du Planning familial de délivrer « des informations faussées dans le but d’assurer la priorité absolue de l’accès à l’avortement ».

Les anti-IVG ne parlent pas des femmes qui disent « j’ai avorté et je vais bien », mais les pro-droit à l’avortement estiment que ce n’est finalement jamais le moment de parler de la réalité physique de l’avortement ou des questionnements philosophiques qu’il soulève …

Les anti-IVG imposent la vue de chaussons de bébé, les pro-droit à l’avortement sont en train de proposer une loi qui permettrait de poursuivre des femmes témoignant sur internet de leur souffrance d’avoir avorté.

Les deux camps mentent par omission, les deux estiment légitime de mettre les femmes sous tutelle intellectuelle et émotionnelle.

La priorité ne devrait-elle pas être de donner aux femmes tous les éléments de réflexion, absolument tous, qui permettent de véritablement choisir sans risquer de regret ?

La priorité ne devrait-elle pas être - je n'ose pas parler d'une priorité plus ambitieuse de restauration de la gynécologie médicale ... -  au moins d'utiliser efficacement l'internet pour faciliter la prise de rendez vous avec les médecins volontaires pour des IVG, comme le proposent des sites tels que " Mondocteur.fr" ?

La priorité ne devrait-elle pas être aussi de respecter nos grands principes juridiques, dont le principe
de légalité et le principe d’égalité, que cette proposition bafoue allègrement ?

Comment admettre une incrimination pénale aussi vague et incertaine que le fait de donner une information non pas fausse, mais « faussée » ? … Comment admettre une nouvelle inégalité entre l’expression des opinions, alors même que les deux points de vue invoquent la défense du droit à la vie, à l’intégrité physique et l’inquiétude pour le bien-être psychologique des femmes ?

Si cette loi est votée, comment s’opposera-t-on à des propositions d’incrimination de l’ « information faussée ou de nature à induire en erreur dans le but de dissuader du recours à la prostitution ou à la GPA librement consenties ? » …

Le gouvernement devrait établir un projet plus adapté au problème qu’il soulève légitimement.

Elisseievna

http://ivg.social-sante.gouv.fr/

http://www.bebesetmamans.com/grossesse-semaine-par-semaine/1240-grossesse-semaine-par-semaine-8



La "petite loi" :



Retour vers le dossier législatif 
http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0848-1.gif
TEXTE ADOPTÉ n° 848
« Petite loi »
__
ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
QUATORZIÈME LÉGISLATURE
SESSION ORDINAIRE DE 2016-2017
1er décembre 2016
http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0848-2.gif
PROPOSITION DE LOI
relative à l’extension du délit d’entrave
à l’
interruption volontaire de grossesse,
ADOPTÉE PAR L’ASSEMBLÉE NATIONALE
EN PREMIÈRE LECTURE.
(Procédure accélérée)
L’Assemblée nationale a adopté la proposition de loi dont la teneur suit :
http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0848-3.gif
Voir les numéros : 4118 et 4245.
Article unique
Le premier alinéa de l’article L. 2223-2 du code de la santé publique est complété par les mots : « par tout moyen, y compris en diffusant ou en transmettant par voie électronique ou en ligne, des allégations, indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse ».
Délibéré en séance publique, à Paris, le 1er décembre 2016.
Le Président,
Signé : 
Claude BARTOLONE
ISSN 1240 - 8468
Imprimé par l’Assemblée nationale






Fernand Raynaud ou la France devant les "anti-islamophobes"

FERNAND RAYNAUD bourreau d'enfants


Antisémitisme de gauche : Laurent Baumel "contre le sionisme et le lepénisme "


France info  3 decembre 21 h
Laurent Baumel soutien de Arnaud Montebourg dit en substance : 
En France la gauche existe, il n’y a pas que des sionistes et des lepenistes.

On rappelle que le sionisme est une idée de gauche, les premiers sionistes étaient kibboutnik, de gauche, dans la ligne du nationalisme qui à l'époque signifiait une avancée démocratique contre la tradition royaliste .

Utiliser une telle formule "lapidaire", pour le cacher et déformer le sionisme en l'assimilant à un parti assimilé lui-même à l'extrême droite nazie, relève pour moi de la diffamation des partisans du sionisme, de tous les juifs qui disent "l'an prochain à Jérusalem", donc de l'antisémitisme.


Bertolucci et antis-anti-islam : pseudo-intellos, générations de merde, doctrine de merde


Les privilèges de l'"ancien régime" sous idée chrétienne ne sont rien en comparaison des privilèges que s'accordent cet élitisme athé et fasciste ou islamo-fasciste. Emballé sous de l'intellectualisme, ou jouant de la vanité pour faire accepter ses abus de pouvoir.


Faire croire à des générations que critiquer la barbarie de la loi islam, c'est être raciste, parce que "tout serait plus compliqué", parce que "les musulmans sont les juifs du XXIeme siecle.

Faire croire à des générations que voir un viol en scène c'est très intelligent, parce que "le sexe c'est plus compliqué".

Faire la pute aux pétrodollars et persécuter ceux qui le dénoncent en appelant les masses à participer au lynchage. Rien à faire des victimes.

Vivre du proxénétisme "cinématographique" et persécuter celles qui le dénoncent en les traitant d'hystériques. Rien à faire des victimes.

Même posture. Génération de merde, violeurs, promoteurs de cette doctrine de merde qu'est la loi islamique dans ses dispositions les plus lourdes et la culture de viol.

Nada Al Ahdal, 11 ans, Maria Scheider, 19 ans, même combat !




Bertolucci sobre Maria Schneider / Bertolucci admits rape scene was non-consensual

De l'art d'hypnotiser les poules à Loué