La révolte de Krzysztof Charamsa





Krzysztof Charamsa n'est pas tout à fait n'importe qui dans l'Eglise. A la quarantaine, il fait partie d'une des plus importantes instances doctrinale du Vatican, il enseigne, il est passionné par la théologie, il en parle en parfaite connaissance de cause.

Il parle avec beaucoup de justesse de la souffrance infligée aux homosexuels par tant de prêches et de prêtres. Il leur reproche cette cruauté qui mène à la mort d'homosexuels.

Il explique que la condamnation actuelle de l'homosexualité par l'"Eglise" s'étend à l'homoaffectivité et pas seulement à homogenitalité, dont il est question dans la Bible. 

Il est très important qu'il le dise, qu'il le reconnaisse, même si son livre est en fait assez bref et n'entre peu être pas dans toutes les explications et précision qui seraient utiles pour donner une image complète de la réalité contemporaine de l'attitude des prêtres.

Il cite des propos terribles de la part de leur part. Il rappelle la décision à mon avis très nocive de Benoît XVI d'interdire la prêtrise aux homosexuels. 

Il est impossible de savoir, pour quelqu'un de l'extérieur, dans quelle mesure ses propos sur l'intérieur de l'Eglise, sur l'ensemble des prêtres, sont ou pas exactes ou justes.

Un livre passionnant.

Bémol concernant sa référence à Kinsey, plus que douteuse. 

La première pierre 

Moi, prêtre gay, face à l'hypocrisie de l'église

Krzysztof CHARAMSA

La pierre angulaire est la première à être posée quand on construit un édifice. C’est la plus importante, celle qui doit tout soutenir. Pour Krzysztof Charamsa, cette première pierre a été son coming out du 3 octobre 2015. Alors qu’il exerçait depuis de nombreuses années de hautes fonctions au sein du Vatican, ce prêtre polonais a annoncé publiquement son homosexualité à la veille du synode sur la famille, afin de dénoncer l’hypocrisie de l’Église catholique. Une institution qui, depuis des siècles, instrumentalise les questions sexuelles pour imposer son propre pouvoir.
À travers ses préceptes et doctrines, l’Église conditionne ses fidèles à ne pas vivre sereinement leur sexualité. Ainsi, et alors même qu’elle parvient à dissimuler parfaitement les crimes de pédophilie, elle alimente, dans le secret du confessionnal, le sentiment de soumission des femmes à leurs époux, la culpabilisation de l’amour, la stigmatisation des homosexuels et des transsexuels, qu’elle considère comme des pestiférés. Or, selon K. Charamsa, le clergé catholique est lui-même composé en très grande partie de prêtres homosexuels. Qui se trouvent réprimés et contraints à la clandestinité.
Démis de ses fonctions par le Vatican, K. Charamsa souhaite avec ce livre secouer les consciences et poser les bases d’un nécessaire renouveau de l’Église. Une institution en laquelle il veut toujours croire, mais qui, si elle veut continuer à exister comme guide spirituel, doit commencer par respecter chaque personne.

Lip service

Délation et outing = abjection et collaboration de fait avec les assassins

Rappel, les principes exposés ici sont toujours actuels. 

En 2010, ayant eu connaissance de deux actes de délation par voie de presse, exposant cyniquement leurs victimes aux représailles d’islamistes, j’ai écrit le texte qui suit définissant les « nouveaux collaborateurs ».
Le prétexte donné à cette délation était des plus ridicule : il fallait, selon les délateurs « situer politiquement » les auteurs de textes critiques de l’islam, écrivant sous pseudonyme : pour cela, les délateurs auraient très bien pu se contenter d’indiquer quel type d’opinion lesdits auteurs auraient défendu, selon eux, sous un autre nom, quelle  activité politique ils exerceraient sous cet autre nom … mais nul n’était besoin de donner précisément ce nom.
L’extradition des pires criminels vers des Etats pratiquant la peine de mort, est interdite en Europe. La délation de personnes protégées par un pseudonyme, n’est rien d’autre qu’un acte de mise en danger délibéré de la vie d’autrui, exposant leurs victimes aux tueurs islamistes. Lorsque cette délation est commise par de soi-disant  héros actuels de la lutte antifasciste-antiraciste etc, contre des gens dont le seul crime … est de n’être pas du même avis qu’eux : c’est presque drôle, non ? En tout cas cela montre la vacuité de leur prétendue pensée antifasciste.
Pour actualiser mon texte, il faut préciser qu’entre temps, les juges hollandais, ayant entendu deux experts en matière de textes islamiques, le Pr Hans Jansen et la psychiâtre syrienne Wafa Sultan, ont acquitté Geert Wilders de toute accusation de racisme pour avoir affirmé que le coran est comparable à Mein Kampf. Lorsque j’ai écrit ce texte, je craignais que les juges hollandais n’agissent comme les juges belges et finlandais, c’est-à-dire  en refusant d’écouter des spécialistes du droit islamique, sous prétexte que ce droit est lié à une religion, donc à un domaine irrationnel,  et qu’il n’y aurait donc aucun « savoir » digne d’expertise à avoir pour juger d’affaires liées à l’islam ( Sur ces affaires, voir mon texte «l’Europe meurt de la fin des Lumières » http://elisseievna.blogspot.fr/2009/12/leurope-meurt-de-la-fin-des-lumieres.htmlet « un philologue condamné pour « atteinte à la paix religieuse » « http://elisseievna.blogspot.fr/2009/12/finland-un-philologue-condamne-pour.html?zx=e4a5f1944219970b)
S’il fallait un élément supplémentaire pour expliquer la comparaison que je fais comme Wilders entre islam et nazisme, entre délation face aux nazis et délation face aux islamistes, par voie de presse, je pourrais citer le réquisitoire contre Robert Brasillach :
« « Fondamentalement, conclut le Procureur Reboul, Brasillach avait l’âme d’un dénonciateur. Il avait dénoncé la Sorbonne parce qu’elle abritait des enseignants engagés dans la Résistance, il avait dénoncé des étudiants du lycée Lakanal qui avaient arraché un portrait de Pétain du mur de leur classe, il avait dénoncé un jeune homme de l’Hérault qui avait ridiculisé Pétain dans un discours du 14 Juillet.:
« Sans doute, vous n’êtes pas le dénonciateur qui va, en rasant les murs, toucher à la Gestapo le prix du sang, mais on peut aujourd’hui légitimement vous considérer comme un dénonciateur plus large, plus schématique, un dénonciateur d’une autre sorte, un dénonciateur presque officiel, car il suffit aujourd’hui à votre crime de ne pas pouvoir nous dire avec certitude si la Gestapo, après la lecture de vos articles — et elle les lisait — a négligé d’aller faire un tour en Sorbonne ou dans ce village de l’Hérault ou au lycée Lakanal. »
Brasillach fut condamné à mort : en temps de paix revenue, je suis contre la peine de mort, comme je condamne toute forme de punition d’ailleurs (mais ceci est un autre chapitre), je ne mentionne donc pas ce journaliste pour vanter sa peine, mais pour rappeler la condamnation morale dont il a fait l’objet à travers ce jugement. Ses actes étaient ignobles. Ceux des délateurs actuels le sont pareillement.
Surtout … quand ils perpétuent leurs actes de délation, ne retirent pas leurs délations par voie de presse, et dans le même temps, osent utiliser la justice pour se plaindre… du fait qu’on leur reproche cette action, ce crime qu’ils sont train de continuer !  L’ignominie et le cynisme atteignent là un comble.
Je terminais mon texte de 2010 en citant un article précédant sur certains partisans du califat, j’ajoute ici les éléments que j’ai mentionnés dans un autre article sur la politique menée, publiquement, par la deuxième organisation étatique internationale, l’OCI, et visant à la promotion de l’islam et de sa loi de part le monde.http://ripostelaique.com/acquittement-bouteldja-reponse-aux-magistrats-de-toulouse.html
Texte de 2010 :

Les nouveaux collaborateurs

Si les juges en venaient à condamner Geert Wilders, comme ils ont condamné Fanny Truchelut, comme ils auraient pu tout aussi bien condamner tous les enseignants et chefs d’établissement qui ont interdit le voile dans leur établissement, alors que la Cour Européenne explique par contre elle clairement que la religion ne peut pas justifier n’importe quel comportement, et qu’elle peut être restreinte au nom de la défense de la démocratie, alors il faudra en conclure que les juges se font les auxillaires de la justice islamique, pour laquelle en aucun cas, l’islam ne doit être critiqué ni les normes islamiques enfreintes.
Les nouveaux collaborateurs sont aussi tous ceux qui incitent les juges à punir ceux qui s’opposent à l’avancée de l’emprise de la loi islamique dans notre pays, en Europe, et tous ceux qui facilitent le travail des exécuteurs musulmans d’opposants à l’islam.
Il y a des gens comme Daniel Pipes, Paul Landau ( http://www.ripostelaique.com/Pourquoi-je-soutiens-Riposte.html ), Ivan Rioufol maintenant (http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/09/pourquoi-il-faut-differencier.html ), qui pensent qu’il y a une différence entre islam et islamisme, mais la différence entre eux et ceux que je qualifie de  « nouveaux collaborateurs », c’est que ces trois personnes, en aucun cas, ne montent des dossiers d’accusation de racisme contre ceux qui défendent l’idée opposée.
Au contraire, Daniel Pipes soutient Anne-Marie Delcambre, Ivan Rioufol défend Louis Chagnon, et Paul Landau défend Riposte laïque.
Bien entendu sur le plan théorique, tout peut etre discuté, la question de l’éventuelle réforme de l’islam, de sa compatibilité avec la démocratie, de son éventuelle division entre un islam et un islamisme … mais en dressant dossiers et articles contre ceux qui parlent de l’islam (avec de réelles qualifications dans ce domaine, ce qui n’est pas leur cas !) les « nouveaux collaborateurs » ne sont pas dans le débat d’idée, mais ils jouent le rôle de procureur de la justice islamique, c’est-à-dire de complices directs des « islamistes », autrement dit, dans la collaboration active.
A force d’employer les méthodes des néo-fascistes antisémites on finit par devenir comme eux.
Je m’aperçois que certains deviennent bien devenue comme eux, comme l’antisémite et collabo notoire Henri Coston plus précisément : certains jugent bon de révéler que tel ou telle écrivant sous tel nom serait une autre personne, juive : autrement dit, ils passent de la collaboration « intellectuelle » à la dénonciation active pure et simple ! Ils dénoncent quelqu’un qui donc serait juif et anti-islamisme : que cela soit vrai ou pas, cela fait d’eux des collaborateurs et  des dénonciateurs de juif et de résistant à la mode du régime de Vichy, des pétainistes dans les actes.
Et que l’on ne vienne pas me parler de travail de journaliste ou de besoin de « situer » les gens, comme si pour « situer » des gens qui écrivent, il était besoin de se référer à autre chose que leurs écrits : en d’autres temps et circonstances peut etre, mais quand on sait très bien que les opposants à l’islam sont menacés de mort, la dénonciation devient complicité de crime et rien d’autre – et aveu d’incapacité à répondre sur le fond aux arguments de ses contradicteurs.
Selon certains, on ne pourrait pas à proprement parler collaborer avec autre chose qu’un Etat : cela est faux, la collaboration consiste à faire le jeu d’une puissance ennemie, que cette puissance soit un Etat ou un ensemble de militants et d’occupants visant à imposer sa loi oppressive dans un pays qu’il veut soumettre, jusqu’à y prendre une part importante du pouvoir ou tout le pouvoir en oppressant les habitants. Or c’est précisément ce qui se passe par phase en France, puisque la loi islamique s’impose peu à peu dans différents domaines, modifiant peu à peu le rapport de force entre les français d’origine et la démocratie d’une part, et les militants de l’islam et les normes islamiques d’autre part. Les français sont privés par la terreur de liberté d’expression, contraint d’entretenir une population nouvelle (immigration familiale ou irrégulière) qui peu à peu prend le pouvoir politique par des naturalisations non liées à une assimilation, contraint de payer pour la construction de batiments islamiques, soumis à des incendies, agressions, menaces d’agression s’ils ne se soumettent pas à l' »ordre islamique » dont parle Izetbegovic …
Certains prétendent que ma critique de l’islam est une forme de complotisme : il est d’autant plus gonflé de me mêler à cela, que je n’arrete pas de dire qu’ il n’y a PAS de probleme de « double langage » à débusquer, ni de « complot », ni de quoi que ce soit de « caché » de la part des musulmans observants : tout est écrit et explicite … il suffit de lire leurs écrits. Si nous, nous sommes trop paresseux pour lire, ce qu’ils se tuent à expliquer, ou et trop lâches pour accepter de comprendre ce qu’ils écrivent quand nous le lisons : ce n’est là vraiment pas leur faute.
Si selon les « intellectuels officiels » d’Europe, la critique de l’islam relève du complotisme, là la boucle est vraiment bouclée, Boukovsky voit confirmer ses analyses : c’est bien que l’Europe se soviétise à fond, en employant contre les « dissidents » les mêmes accusations diffamatoires et les mêmes menaces !
Voici ce que j’ai écris moi sur la notion de complot, pour montrer la différence entre l’islam, dont les textes prônent explicitement et publiquement la conquête du monde selon les ordres de dieu, non pas par perversion, mais pour le soumettre à la loi d' »allah », et le judaisme, à qui nul n’a pu attribuer de projet d’hégémonie qu’en inventant des faux grossiers, comme le plagiat d’un essai sur un dialogue entre Montesquieu et Machiavel :http://elisseievna.blogspot.com/2010/02/vers-le-retour-du-califat.html
Elisseievna

Antiracistes de pacotille et antiracisme réel de la critique de l'islam





Les antiracistes qui affirment que critiquer l'islam et affirmer que les personnes dites musulmanes qui commettent des actes de violences en se réclamant de la loi islamique agissent en effet bel et bien en conformité avec celle-ci, serait du racisme sont des antiracistes de pacotille et plutôt des jean foutre, car la négligence intellectuelle à ce point est inexcusable.

Pour avoir lu des dizaines d'ouvrages sur l'islam, d'auteurs de toute origines, j'affirme que oui les terroristes et dictateurs se réclamant de l'islam agissent bel et bien en conformité avec sa loi. Et que oui, une personne pensant devoir agir en obéissant au dieu du coran, peut tout à fait logiquement et de manière cohérente, décider de commettre les crimes les plus abominables pour lui obéir, car cette lecture des textes est logiquement exacte, logiquement conforme aux textes, bien qu'elle (cette personne) puisse également, parce qu'elle est un être humain libre de décider et susceptible de ne pas agir de manière cohérente avec une loi, estimer qu'elle doute de sa lecture du coran et qu'elle n'agira pas ainsi.

Il n'y a aucun automatisme, répétons-le, dans l’être humain, et il faut être d'un esprit singulièrement confus, ou d'une négligence grave - soit : des jean foutre - pour prétendre que dire " Tel texte de loi oblige à tels actes dans telles circonstances, et donc toute personne obéissant à cette loi doit, est censée selon cette loi, commettre cet acte dans ces circonstances " signifierait " toute personne voulant obéir à cette loi va automatiquement réaliser tous ces actes ". 

Une telle déduction est fausse. Les magistrats devraient être les premiers à le savoir car si les lois étaient appliquées par tous et toutes, automatiquement, comme un logiciel animant un robot, il n'y aurait pas de tribunaux pénaux et il n'y aurait pas ni Cour de Cassation, ni Conseil d'Etat, ni Conseil constitutionnel pour juger ceux qui ne les appliquent pas ou pour résoudre les difficultés de compréhension y compris dans les textes modernes. 

La loi islamique est inhumaine, et les exemples sont légion qui montrent que les personnes vivant dans des pays conquis par l'islam ou se croyant liés par la loi islamique, conservent pour autant leurs aptitudes humaines, affectives et morales, et sont souvent déchirées entre les deux (leur croyance au devoir l’obéir aux lois islamiques et ces aptitudes). 

Les antiracistes de pacotilles justifient leur paresse intellectuelle pour ne pas étudier l'islam et voir la pression que ces textes exercent ou permettent, le système totalitaire qui en découle.
Ces antiracistes jeanfoutre se font ainsi l'allié objectif de ce mécanisme totalitaire, en niant le problème posé par ces textes, qu'ils ont la flemme d'étudier réellement.

L'ANTIRACISME REEL, l’universalisme réel, consiste à protéger les personnes des pays conquis historiquement par l'islam, en montrant, textes et sources historiques à l'appui, que les violences commises par les personnes de ces pays et se disant musulmanes contre les autres ou envers leurs propres coreligionnaires, découlent uniquement de l'idéologie de ces textes, et en aucun cas de caractéristiques biologiques, de prédispositions qu'auraient ces populations.

Les antiracistes de pacotilles incitent à un racisme réel en laissant croire que les textes de l'islam ne sont pas plus barbares que les autres : ce faisant, étant la réalité des violences commises au nom de l’islam et connues de tous – et encore pas dans toute son ampleur-, ils incitent à croire que les populations dites musulmanes auraient une prédisposition à une interprétation violente de textes religieux. Cette propagande martelant que l'islam vrai est bon et que les personnes agissant de manière violente au nom de l'islam en auraient une fausse compréhension, est fausse et dangereuse, car elle incite à penser qu'il y aurait dans ces populations là, une plus forte proportion de personnes prédisposées à de fausses interprétations violentes de textes, prédisposées à des passages à l'acte violent. 

Cette propagande des antiracistes de pacotilles répand donc une description raciste au dernier degré, tout en se cachant ce caractère raciste par l'omission du mot "race", et en martelant "la majorité des      musulmans est pacifique", alors que le contenu des propos, le sens des propos l'est à 100%. Car il ne suffit pas de dire qu'une majorité de personne échappent à une propension intrinsèque et liée à son origine, pour effacer l'assignation ethnique, généalogique, donc génétique, à une certaine forme de pensée. 

Je suis une antiraciste réelle, et j'affirme qu’il faut dire et répéter ce qui suit :

1- Le sens logique et clair de la loi islamique est de prôner des actes qui sont selon nos principes criminels et violents. 
2 - Toute personne, de quelque origine qu'elle soit, à laquelle on a inculqué qu'elle doit se soumettre à la loi du coran, en déduira logiquement qu'elle doit dans certaines circonstances commettre des actes qui sont selon nos principes criminels et violents, et subira la pression de cette pensée et de son entourage partageant cette conviction ; et pour autant, elle conservera sa liberté intrinsèque d'être humain, universellement "doué de raison", lui permettant de décider de ne pas commettre de tels actes et de ne pas croire qu'elle doit se soumettre à la loi du coran.
3 - Toute personne, de quelque origine qu'elle soit, à laquelle on a inculqué qu'elle doit se soumettre à la loi du coran, mérite la compréhension et le soutien des personnes qui n'ont pas subi cet enseignement, pour l'aider à s'en distancier et à s'en émanciper.

Les victimes d'attentats et de violences au quotidien, comme leurs bourreaux, lorsqu'ils ont subi cet enseignement ici en Europe, en raison du martèlement des antiracistes de pacotille défendant l'islam, sont tous, victimes et bourreaux, des victimes de ces pseudos antiracistes.

Tout défenseur de l'islam a du sang sur les mains aujourd'hui. 

Prôner la lecture chronologique de l’islam peut en effet aider à cette prise de conscience de l’absurdité de la loi entière de l’islam, aider à s’en distancier progressivement en limitant son application aux premiers écrits, qui incitent moins directement à la violence que les suivants.



D’une façon générale, l’étude réfléchie des textes islamiques, leur discussion libre, est à mon sens la seule manière pacifique de repousser la violence à laquelle ils incitent, la seule réellement efficace. Pour ma part je suis persuadée qu’elle peut mener à la fin de la référence à l’islam en tant que loi actuelle, et à sa relégation à l’histoire dépassée des lois religieuses odieuses et abandonnées.

Bombarder les populations musulmanes sous prétexte de s’en prendre aux « terroristes », ou même décimer les terroristes eux-mêmes, n’extirpe pas la racine du mal qu’est le coran. S’attaquer aux terroristes, c’est s’attaquer aux effets et non aux causes. S’en prendre aux populations musulmanes entières est le plus souvent un acte néo-colonialiste pur et simple mêlé de crime de guerre. Des crimes en retour que les antiracistes de pacotilles légitiment intellectuellement pour une partie d’entre eux, au nom d’un devoir d’intervention.

Les antiracistes de pacotille prônent encore l’arrivée massive de populations de pays musulmans, et la perpétuation de l’endoctrinement à l’islam ici. Faisant cela, ils créent ou accentuent les « circonstances » dans lesquelles la loi islamique prône la guerre sainte, encourageant ainsi des actes de violence qui ne se produiraient pas si les populations de pays musulmans y demeuraient. Faisant cela ils se rendent coupables des crimes commis par certains des arrivants sur les populations autochtones des pays d’arrivée.

Les antiracistes de pacotilles quand ils sont blancs sont des néo-esclavagistes qui ne veulent pas se regarder en face, des hommes et femmes qui disent benoîtement «  l’économie de l’Europe en bonne santé donc vieillissante  a besoin d’immigré », ce qui signifie «  mesdames du Lebersborn « consenti » des pays du Sud ou de l’Est pondez nous de la chair humaine, du travailleur ou du consommateur ». Les antiracistes de pacotilles quand ils sont eux-mêmes originaires de ces pays et prônent l’immigration, ne dénoncent cet esclavagisme que pour vilipender le « blanc » et justifier leur propre colonialisme contre de l’Europe. Ce sont deux racismes en miroir, deux colonialismes en miroir, qui tous deux s’appuient sur l’islam, défendent l’islam. L’un pour omettre l’aspect humain et culturel des déplacements de population, pour faire oublier le contenu de l’islam et les différences idéologiques entre les populations, et réduire l’humain au producteur et au consommateur. L’autre pour faire de l’islam un repère identitaire, une source de combattivité, de lutte économique entre les populations d’origine géographique différente.

Tout ceci n’a rien à voir avec la reconnaissance de l’humain, humain qui dans son universalité, nait aussi avec un passé, avec des attachements, avec une dimension culturelle, qu’il est libre et doit être libre, de conserver ou pas. Les faux  antiracistes occidentaux arrachent de force la dimension historique et les attachements humains, surtout leur dimension chrétienne lorsqu’elle freine le marché et l’esclavagisme, tout en enfermant « les musulmans » dans une identité islamique qu’ils prétendent formater à leur gré. Les faux antiracistes du monde musulman enferment, eux, les humains dans une identité islamique tout court, dont ils soulignent pour certains, l’évolutivité, l’absence d’essence, afin de rendre leurs prétentions plus digestes selon les critères occidentaux.

L’antiracisme de pacotille fait abstraction de l’aberration économique et humaine que représente la migration de populations lorsqu’elle correspond à un différentiel de croissances démographiques.
L’antiracisme réel consiste à reconnaitre les besoins universels des personnes et par conséquent à prôner partout des soins permettant l’allongement de la durée de la vie et la responsabilité dans la mise au monde des enfants.

L’Europe, hypocrite, cynique, se réjouit de la « dynamique » démographique du Sud musulman, comme un maquignon esclavagiste se réjouit du ventre en bon état d’une esclave qui en produira d’autre. Les antiracistes de pacotille ont pour fonction la « communication externe » de cette traite-là, de ces profits là.
L’antiracisme réel consiste à reconnaître le droit de naître parce que l’on est désiré pour soi, avec pour devoir l’aide à ses propres parents mais non pas le service des parents des autres, pendant que les siens demeurent dans un pays où ils n’ont pas de soins …
L’antiracisme réel, quand on est « noir », consiste à reconnaitre que les inventions scientifiques et techniques des « blancs » sont historiquement leur fait et non à les calomnier en imputant leur développement à des colonisations. Il consiste à reconnaître (et tabler sur) ses propres forces, savoirs, techniques et richesses, sur son propre continent pour vivre libre et dignement.

L’antiracisme réel consiste à faire confiance à ces populations du monde aujourd’hui musulman pour s’émanciper par elles-mêmes, avec pour seul soutien notre soutien intellectuel et moral, notre défense de la liberté de pensée et de discussion ici en Europe, et le refus de la corruption ou de concurrences déloyales qui contribue à la destruction des économies d’autres pays.


Protéger la liberté de pensée et de s'exprimer ici est primordial. Protéger les personnes qui informent et discutent sur l’islam est primordial. Y compris les musulmans en recherche de relecture de l’islam et menacés pour cela sous l’accusation d’innovation blâmable.










Mémo : le mécanisme totalitaire de l'islam : ex en Algérie

Le mécanisme TOTALITAIRE de l'islam reprend en Algérie : des filles exclues d'un lycée car non voilées
Un lycée d'Algérie interdit l'entrée aux filles non voilées. 
Les parents s'insurgent. Sur le site du journal algérien en ligne qui a publié l'information, les réactions des lecteurs fusent, y compris des rejets de l'islam. 
Une lectrice musulmane du site du Sami Aldeeb démonte le mécanisme totalitaire qui reprend en Algérie.

https://dia-algerie.com/filles-non-voilees-interdites-dacc…/
les filles non voilées interdites d’accès au lycée sebbala de draria
Un des parents des jeunes filles a témoigné sur le site de DIA pour démentir certains informations disant que c’était des rumeurs ou de l’intox. Tout en gardant l’anonymat pour éviter que des sanctions soient portés contre sa fille, il a déclaré: « Je témoigne qu’effectivement les filles non voilées étaient interdites d’accès à l’intérieur du lycée par un homme portant kamis et une longue barbe, ma fille en faisait partie. A 8h30 le chef de brigade de la gendarmerie nous a permis de pénétrer dans l’enceinte du lycée et a demandé à voir le directeur qui était finalement cloîtré dans son bureau malgré le brouhara . Croyez moi toutes les filles portaient des tenues plus que correctes, d’ailleurs la situation géographique du lycée ne permet vraiment pas aux filles de s’ habiller librement. » 
Un autre parent d’élève réagit saluant l’intervention de la gendarmerie: « On a atteint le fond lorsque une réalité injuste est mise en doute. Reste-t-il des gens sensées dans ce pays? Je suis père d’une fille qui a été empêchée de rejoindre sa classe pour des motifs relevant de pensées hors sujet. Ma fille portait une tenue très correcte mais ne relevant pas d’une pratique ostentatoire . Elle est très bonne élève avec une excellente moyenne au B.E.M 2016. Par ailleurs, je rends hommage à la gendarmerie nationale qui a intervenu avec promptitude , ce qui a permis aux élèves refoulées de rejoindre le lycée. » 
Sur la page de l’article qu’a publié par DIA, une soixantaine de réactions ont été postés par les lecteurs, où la majorité des intervenants ont dénoncé cet état de fait et ont demandé des sanctions contre le proviseur du Lycée et l’appariteur en kamis. La question de l’Islam a été également soulevé durant le débat avec quelques clashs entre partisans et opposants du voile.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/…/algerie-les-filles-non-v…/
Avertissement d’une lectrice musulmane à ceux qui se laissent faire:
Avec l’islamisme, il faut retenir cette équation : surprise, acceptation, généralisation, obligation, mort.
Toute chose qu’ils ramènent et qui te surprend aujourd’hui, ils te tueront pour dans 10 ans.
Au départ, ils ramènent un truc qui choque ou surprend. Ils te demandent de l’accepter au nom de tes principes de liberté. Puis, ils vont le généraliser. Dans les années à venir, ce “truc” qui te semblait si singulier, devient la nouvelle normalité. Un standard. Après, ils devient obligatoire pour les dernières poches de résistances. Les derniers qui résistent encore jusqu’au bout son tués.
Voici en 2016 un lycée public algérien qui refuse l’entrée aux jeunes filles qui ne portent pas le voile. Puis quand leurs parents viennent se plaindre, des gardiens bêtes et vicieux leur font “la morale”.
Je me souviens la première fois que j’ai vu ce sac odieux arriver en Algérie. Il choquait. Aujourd’hui, passée la généralisation, ils devient obligatoire.
Cette culture nous l’avons héritée du calife Omar Ibn al-Khattab. Demi-Dieu, demi-prophète, il haïssait les femmes et passa sa vie à les battre à toute occasion. Nous le vénérons en Algérie. Nous ressemblons a nos seigneurs.

Mme Sarfati ... le déshonneur sur eux ...

Dédicace à Aquila : le déshonneur est pour Facebook ...

comme l’explique Mme Sarfati à Fortunée, il suffit d'inverser le signe et le sens :

Aquila de France : facebook exige qu'elle révèle son identité ...



IMPORTANT

Cher amis Facebook, je vous informe que pendant que des milliers de faux profils, de terroristes, de Djihadistes, de criminels, de prédateurs, de pédophiles polluent sur ce réseau, et publient les pires horreurs, sans jamais être inquietés sur leur identité, censurés ou bloqués ou désactivés,

et bien les personnes comme moi qui osent affronter l’ignominie Islamique qui menace les fondations même de l’Occident et du monde libre: j’ai publié un ouvrage sur le sujet : « Pour un monde sans Islam » sous pseudo ‘Aquila’ parce que en tant qu’apostat je suis menacée de mort par les adeptes et fous d’Allah et

bien ces personnes-là on les somme de justifier leur identité et de publier en leur nom sur ce réseau, sans quoi elles risquent de voir leur compte fermé, bienvenue chez le Big Brother Islamique qui visiblement à une grosse tentacule au sein de ce réseau, donc vous voilà informés, avisés,

Selon le courrier reçu de ce "Big brother islamique" je ne pourrais rien publier sur mon mur à partir du 14 avril [ils]vont fermer mon compte ou le bloquer (je ne pourrais plus y accéder) donc théoriquement on tue mon personnage numérique « Aquila de France » sur ce réseau, vous l’aurez compris, c’est pour des fins plus sombres que seul l’abime Islamique en est capable, l’objectif ou la finalité et de faire en sorte que vous n'entendrez et ne verrez que des islamistes et des islamophiles pour vous informer sur la beauté, l’amour, la tolérance et la paix incommensurable de l'Islam!!

donc si vous avez envie de continuer l'aventure, le combat anti-Islam avec moi je vous invite à sur ma nouvelle Arche , me suivre sur mon nouveau profil " Aquilade France' ils le bloquerons aussi un jour mais en attendant je suis là :https://www.facebook.com/profile.php?id=100016004771266
Pour ceux qui veulent me retrouver ailleurs, je suis sur Twitter, Youtube et Gmail toujours avec Aquila de France, 


Merci à tous,
Aquila de France

Pierre Dac et le colonel Hubert de Guerrelasse ...



Les espions sont parmi nous !



La voix de la raison, la voix de la lâcheté


Résigne toi puisque tu perdras ...

Telle est la voix de la lâcheté et de la mort 



Anna Marly - La Complainte Du Partisan 



Les Allemands étaient chez moi
On m'a dit "Résigne-toi"
Mais je n'ai pas pu
Et j'ai repris mon arme

Personne ne m'a demandé
D'où je viens et où je vais
Vous qui le savez
Effacez mon passage

J'ai changé cent fois de nom
J'ai perdu femme et enfants
Mais j'ai tant d'amis
Et j'ai la France entière

Un vieil homme dans un grenier
Pour la nuit nous a cachés
Les Allemands l'ont pris
Il est mort sans surprise

Hier encore, nous étions trois
Il ne reste plus que moi
Et je tourne en rond
Dans la prison des frontières

Le vent souffle sur les tombes
La liberté reviendra
On nous oubliera
Nous rentrerons dans l'ombre