1er août 1944 : Soulèvement de Varsovie

Le 1er août 1944, la résistance polonaise lance le soulèvement contre une armée allemande.
Hitler charge le général SS Erich Von dem Bach-ZELEWSKI d’écraser la ville de « tuer les habitants, de ne prendre aucun otage. Varsovie doit être complètement rasée, afin de servir d’exemple effrayant à toute l’Europe ».
Les insurgés, membres de l’armée de l’intérieur, civils, autres organisations clandestines, environ 40 000, faiblement équipés : quelques milliers de carabines, de pistolets et de mitraillettes et environ 25 000 grenades (pour la plupart fabriquées dans des ateliers clandestins). Les Allemands, 16 000 soldats puis 25 000 en renfort ainsi que de l’aviation et des chars.
...

S'élever ou s'abaisser ...



S'abaisser ....



S'élever ( chercher à ...) ...


























ou s'abaisser ?


Les autruches, quelques soient leur origine, ne veulent pas voir que :
L'islam a les mêmes caracteristiques principales que le nazisme et le fascisme :
- la race ou communauté supérieure a le droit d'user de la violence pour dominer les autres
- la conquete du monde est son objectif : Islam über alles
- les autres sont destinés à être réduits à un statut inférieur "dhimmis ou esclaves" : Untermenschen
- les juifs sont destinés à la mort : Vernichtung
etc etc

Les paysans "bio" pris entre Pétain et le "gauchisme" ...



Cité par la Revue catholique Civitas, dans un dossier sur l'agriculture - biologique :

La terre ne ment pas. Elle demeure votre recours, elle est la Patrie elle-même.
25 Juin 1940 Maréchal Pétain


Vu sur le site de la Confédération Paysanne :

http://www.confederationpaysanne.fr/presentation_de_la_confederation_paysanne_2.php
Paix comme Palestine (Article du 08/10/2008)
La Confédération paysanne soutient la campagne "Paix comme Palestine : 60 ans après, la paix par le droit "


http://webduweb.free.fr/bio.htm

AGROBIOLOGIE

Le premier groupement d'agriculteurs bio qui se forme en France est soutenu par un groupe de médecins (Dr Bas, élève du Dr Carton, auteur de Les lois de la vie saine) et de naturopathes qui avaient constaté les méfaits de cette alimentation sur la santé de leur clientèle depuis 1950.

Raoul Lemaire, biologiste-généticien, né en 1884 dans la Somme, homme de terrain au franc-parler, reste célèbre pour avoir fondé la culture biologique, avec le lithothamne ou maërl, une algue pêchée dans l'archipel de Glénan. En 1963, Raoul Lemaire rencontre le professeur Jean Boucher, et met au point avec lui la technique agrobiologique qui respecte l'humus et utilise le compostage, et c'est la société SVB Lemaire, fournisseur de fertilisants et de matériel agricole, qui lance sur le terrain la méthode agrobiologique Lemaire-Boucher et qui se charge de la distribution des aliments obtenus selon son cahier des charges.

Dans les années 70, Philippe et Jacqueline Desbrosses, depuis leur ferme expérimentale de Sainte-Marthe (Loir-et-Cher), font rayonner l'agriculture biologique jusqu'auprès des instances de I'Etat.

Les Juifs fuient : " Vous dramatisez" commente une "noire antiraciste"





Emission "Paris/Berlin : le débat" sur Arte le 13 novembre


- " La plupart des Juifs de Seine-Saint-Denis ont quitté la Seine-Saint-Denis, ... parce que justement depuis dix ans, ils étaient harcelés." dit Eric Zemmour

- " Vous dramatisez, vous dramatisez ... nous ne vivons pas dans la même France " répond Rokhaya Diallo, présidente de l’association "Les indivisibles"

Les Juifs chassés de Seine-Saint-Denis : un "point de détail" de l'histoire actuelle sans doute, dans "la France de Diallo" ?

Sans doute, parce que cette "France de Diallo et co." où la Seine-Saint-Denis est rendue JUDENREIN, est une France antisémite.

Tout le monde ergote sur les commentaire de Zemmour sur le mot de race, mais personne ne relève ces propos hautement antisémites, d'une jeune femme qui n'a pas l'ombre d'une hésitation ou d'un doute lorsqu'elle les profère ...

Que dit Zemmour, que la négation de l'existences de "races" lui parait tout aussi idiot que l'exaltation de la race.
Oui des scientifiques nient l'existence de races humaines dans la mesure où tous les humains peuvent se reproduire entre eux.
Si la notion de races humaines pose probleme, c'est qu'elle vient poser un germe de division, là où la nature montre au contraire que l'unité par les liens familiaux est possible.

Il n'empêche qu'ici encore, il importe de définir les termes que l'on emploie.

Une race peut être définie comme ensemble d'individus ne pouvant pas se reproduire avec une autre race, comme elle peut être définie par des caractéristiques biologiques précises de groupe d'individus qui par ailleurs peuvent aussi se reproduire avec d'autres.
On parle de "races" de chats, ou de chiens, parce qu'il existe des groupes identifiés par des caractéristiques physiques très différentes, or comme chacun sait, les chatons naissent de parents de toutes "races".
Il existe parmi les êtres humains des "races" en tant que groupes présentant des caractéristiques précises différentes d'autres groupes, mais la "race humaine" est unique dans le sens où tous les êtres humains peuvent se reproduire entre eux et produire tous les degrés et variantes de métis. Du moins depuis la fin de Néenderthal.

Pas de quoi faire un scandale ...

Surtout, en occultant le vrai scandale de cette émission, qui sont les propos méprisants de Rokhaya Diallo sur la "dramatisation" de l'épuration ethnique antijuive de la Seine-Saint-Denis.


POINT DE VUE DE ANDRE DUFOUR

Inquisition

Eric Zemmour, Christian Vanneste, Fanny Truchelut, des victimes parmi tant d’autres des nouveaux inquisiteurs au service du totalitarisme dénoncés par André Dufour.


«Les associations homosexuelles qui s’étaient portées parties civile contre le député Christian Vanneste pour dénoncer les propos pour lesquels il a été blanchi mercredi par la Cour de cassation vont saisir la Cour européenne des droits de l’homme». C’est par cette brève information parue récemment dans un quotidien que je découvre cette affaire que l’on devrait, dans une société qui ne marcherait pas sur la tête, qualifier de surprenante.

Aussi souhaiterais-je dépasser le cas de ce procès pour m’attaquer au problème des associations en général. En effet, ce ne sont pas particulièrement les homos qui posent le moindre problème, mais toutes les associations «religieuses», communautaristes, raciales, antiracistes, ou sexuelles qui, étendant abusivement leur champ de compétence, s’érigent en inquisiteurs liberticides.

Aujourd’hui, avant d’émettre une opinion, il est prudent de faire défiler sur son écran la liste des associations en tous genres, depuis les associations de tir aux pigeons ou de joueurs de pétanque, jusqu’aux associations catégorielles ou idéologiques drapées de religion, dont la susceptibilité froissée peut vous traîner devant les tribunaux. Or comme ces associations ont du fric, celui du contribuable pour une part non négligeable, et une armada d’avocats en mal de causes, alors que le simple citoyen n’en a pas, la partie devient inégale dans la patrie de l’Egalité. Fanny Truchelut en a fait l’expérience à ses dépens.

Je n’ai pas prêté une attention particulière à ce qu’aurait dit le député Christian Vanneste au sujet de l’homosexualité. Sauf erreur, il aurait laissé entendre qu’une société dans laquelle tout le monde serait homosexuel présenterait un inconvénient par rapport à une société fondée sur l’hétérosexualité : l’espèce humaine s’éteindrait faute de pouvoir se reproduire. Sans qu’il ne s’agisse pour autant d’un jugement de valeur portant atteinte à l’honneur et à la dignité humaine des homos, cela me semble relever de l’évidence et de l’élémentaire bon sens et le restera tant que les couples homosexuels, si respectables soient-ils, n’auront pas trouvé le moyen de rendre leurs accouplements féconds, à l’instar des couples hétéros. D’ici là, le phénomène homo, aussi ancien que l’humanité, relève d’un particularisme parmi d’autres qu’il n’y a pas plus lieu d’ériger en valeur universelle que de stigmatiser. On ne saurait non plus l’ériger en catégorie protégée par une loi contre le blasphème.

Mais pourquoi tout ce tintamarre dans un pays où, contrairement au «dar al islam» tant adulé par nos fans de Tarik Ramadan, nos altermondialistes et autres adeptes du métissage obligatoire, les différentes formes des pratiques sexuelles ou des penchants affectifs entre adultes consentants relèvent, comme les croyances et convictions spirituelles ou philosophiques, de la sphère strictement intime, en tous cas privée et de l’inviolable liberté individuelle et que tout cela ne se passe effectivement pas trop mal dans notre pays, si j’en crois les citoyens homos de mon entourage qui ne s’estiment aucunement entravés dans leur façon d’être ? C’est qu’il y a leurs «associations» dont les leaders s’autoproclament les porte paroles de tout ce que la France (et la Navarre) compte d’homosexuels.

Une association, et la moindre commune de France en compte quelques unes, c’est au départ quelque chose de très louable, la liberté d’association étant même la manifestation de la liberté tout court et de la démocratie. Jusque là, il n’y a rien à objecter. Sauf que la majorité, européenne en l’occurrence, a de moins en moins le droit de se défendre et de défendre ses valeurs à travers une association ad hoc sans se voir descendue en flammes pour cause de racisme, de xénophobie, d’islamophobie, de colonialisme, d’esclavagisme ou au mieux, d’intolérance alors que certains groupes minoritaires «victimaires», toujours sous couvert d’antiracisme, peuvent vertueusement et en toute légalité créer une association avec pour seul critère la couleur de la peau pourvu qu’elle soit foncée, comme c’est le cas des associations adhérentes au CRAN, ce qui n’empêche pas une jeune d'origine africaine de soutenir sur un plateau télé contre Eric Zemmour, que «les races n’existent pas». Dès lors, une association fondée sur la couleur claire de la peau, un CRAB en quelque sorte, soulèverait des tempêtes de protestations et se verrait tout simplement interdite. Comme quoi, il est plus honorable en France d’être président du CRAN que du Front National. C’est plus raciste que le FN mais c’est politiquement plus correct. Connaissez-vous du reste une seule association ayant pour objet la défense des «Blancs» ?

Je voudrais aussi dire un mot au sujet des associations anti-racistes : le racisme réel existe et il faut le combattre partout et chez tous, sans exception ni passe droit, mais à force de hurler au «racisme» à tout propos, à toute critique contre une idéologie ou une religion particulière, alors que la chasse au catholisme ne connaît pas de saisons, de se porter partie civile là où une simple discussion, un simple échange de lettres ou de mails peut suffire, à force aussi de donner dans un antiracisme «sélectif», elles finissent par dénaturer la lutte contre le racisme pour n’en faire qu’un instrument de l’agitprop. Ces associations ne sont plus que des partis politiques.

Il était par exemple scandaleux de voir les khmers rouges de SOS racisme expulser Philippe de Villiers venu manifester contre l’antisémitisme à la suite de l’ignoble séquestration et assassinat du jeune Ilan Halimi par le gang de l’afro-musulman Fofana qui expérimentaient aux portes de Paris un mini Auschwitz artisanal… A vrai dire, c’est contre la massive immigration non sélective devenant criminogène qu’il aurait fallu manifester, mais ce serait aller contre les objectifs de la gôôôche qui se mobilise comme un seul commissaire politique pour s’opposer à toute mesure restreignant une immigration frénétique. Souvent frauduleuse.

Et voilà que SOS racisme récidive ces jours-ci en s'attaquant à Eric Zemmour parce que lors d’un récent plateau télé il a dit en substance à son interlocutrice d’épiderme noir que les races existent, que lui avait la peau «blanche» et elle noire. Visiblement son interlocutrice, que je trouve plutôt mignonne, n’est pas scandinave et Eric Zemmour n’a pas l’air d’un zaïrois ; ce qui ne constitue aucun jugement de valeur et n’implique pas qu’une différence de couleur soit la marque d’une hiérarchie dans le genre humain. Mais les khmers rouges de SOS racisme veulent la peau (blanche) de Zemmour. Dans le langage courant, un «débat» à la télé est fait pour «débattre» entre gens qui, justement, ne partagent pas le même point de vue, sinon, c’est une messe. Mais dans sa langue khmère rouge, SOS Racisme considère que le mot «débattre» signifie «abattre».

Ces hommes «de gauche», qui pensent avoir le monopole de l’antiracisme, oublient le racisme des pères fondateurs du socialisme français du XIXème siècle qui ont toujours une valeur de référence chez nos socialos, trotskos et autres polpoto-maos, pour qui l’antisémitisme et l’anticapitalisme se confondaient. Mais il est vrai qu’aux yeux d’une gauche qui oscille entre le keffieh et le drapeau rouge, l’antisémitisme n’est raciste et condamnable que s’il est de droite. On peut dire que le fumier de l’antisémitisme a fertilisé le terreau du socialisme. Mais allez expliquer ça à ceux qui se sont toujours rangés derrière les despotes rouges, de Lénine à Pol Pot en passant par Staline et Mao.

On peut alors demander à ceux qui font de la «discrimination» leur fonds de commerce, qui est réellement discriminé en France et où le racisme va effectivement se nicher. Certainement pas la petite «Noire» qui donne dans l’autonégationnisme, mais Zemmour «le blanc» qui n’a le droit de parler que sous la dictée des commissaires politiques. Je voudrais ajouter un mot au sujet de ce genre d’associations revendicatives des communautés ethniques, «épidermiques» ou culturelles : en contre partie des droits dont elles se prévalent et des passes droits qu’elles exigent de la société, il n’est jamais question de «devoirs» ni d’obligations de leur part. Elles se comportent en créanciers. Là, mes chers «brimés» ou «discriminés» représentés par vos associations et souteneurs, je vous déclare qu’à l’instar de mes compatriotes de la communauté française, je ne vous dois rien, rigoureusement rien sauf le respect dû à tout être humain… sous réserve de réciprocité. Quand vous vous serez mis ça dans la tête, nous nous entendrons très bien et on ne parlera plus de discrimination.

Mais en attendant, les agitateurs de l’antiracisme sélectif me chauffent les oreilles, en prétendant interdire à la majorité de mes concitoyens d’avoir sur les choses et les valeurs une perception différente de la leur et, révélant ainsi leur nature dogmatique et totalitaire, substituent au débat enrichissant un recours systématique aux tribunaux, en attendant la bombe, le poignard ou le pistolet, le goulag ou le camp de rééducation par le travail.

Cela est particulièrement vrai du côté des associations communautaristes, antiracistes ou droits-de-l’hommistes et, de façon inattendue, jusqu’au associations «gays» en tous genres et de toutes obédiences. Ce ne sont plus des associations stricto sensu mais des syndicats de commissaires politiques, des officines de polices de la pensée, des inquisiteurs qui ne représentent qu’eux-mêmes.

Nées de la liberté d’association, ces organisations se servent de cette liberté pour réaliser leur objectif qu’ils se gardent d’inscrire dans leurs statuts : utiliser la liberté induite par notre culture pour en priver la majorité des Français. C’est du reste le propre des régimes totalitaires : c’est toujours une minorité qui impose sa dictature à la majorité. De Lénine à Bechir el Hassad en passant par Mao ou Pol Pot, le pouvoir totalitaire repose sur la coercition, la violence et la terreur exercées par une minorité contre la majorité.

On ne comprendrait pas autrement, par le récent exemple, l’acharnement fanatique des dirigeants d’associations homosexuelles, du moins des plus agités, qui en font un fonds de commerce. Systématiquement déboutés, y compris en cassation dans un procès contre la liberté d’opinion et d’expression, plus particulièrement lorsqu’il s’agit d’un élu du peuple, ces fondamentalistes totalitaires entendent à présent, non sans impudence, porter cette affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Et si, à leur tour, Christian Vanneste, que je n’ai pas l’honneur de connaître, et toutes les victimes de la vindicte des «associations» saisissaient ladite Cour européenne contre les nuisances et abus des associations liberticides ? Quitte à fonder une LICRINA (Ligue Internationale Contre le Racisme (tous les racismes), l’Intolérance (d’où qu’elle émane) et les Nuisances des Associations). On pourrait y ajouter un O pour «obscurantisme» ; ça donnerait LICORINA. C’est un appel du pied à nos amis compétents en matière de droit pour plancher sur son appellation et ses statuts.


© André Dufour pour LibertyVox

A PROPOS DU TEE-SHIRT en image :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/08/12/01016-20080812ARTFIG00533-c-est-la-ere-fois-que-l-on-cree-un-vetement-antisemite-.php
Propos recueillis par Laure Daussy (lefigaro.fr)12/08/2008
AFP - Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a porté plainte suite à la vente de T-shirts portant des inscriptions antisémites dans le XIXème arrondissement de Paris.

Francine Comte - Segeste

Notre amie, notre camarade, notre copine Francine Comte est décédée le 7 novembre 2008. Elle nous manque de façon cruelle. Nous l'aimons.

Elle avait été avec beaucoup d'autres femmes, en 1996, fondatrice du Collectif National pour les Droits des Femmes dont elle était ces dernières années une des trois porte parole.

Francine avait une culture féministe affûtée, elle bouillonnait d'idées et savait parfaitement mettre par écrit le fruit de nos élaborations et de nos débats. Elle était sympa, douce, gentille, amicale et empathique. Elle était aussi capable d'abattre des montagnes de travail.

Elle était malade depuis un bon moment déjà et malgré cela elle prenait encore toute sa place dans nos activités militantes.

Dernièrement, elle voulait nous aider à préparer notre prochaine initiative, le colloque sur la loi cadre (décembre). Nous le lui dédierons.

Francine, tu nous manques. Nous t'aimons.

Suzy, Maya et les camarades de la CADAC et du CNDF


http://citron-vert.info/spip.php?article519

Luttes des femmes et féminisme
samedi 11 mars 2006.par Philippe Ladame

A l’occasion de la journée internationale "des luttes des femmes", Francine Comte brosse le tableau de l’actualité et des difficultés du féminisme aujourd’hui.
Dans un recoin du site des Verts, une rubrique intitulée Paroles de Verts donne une tribune aux élus Verts. Le 8/03/06, Francine Comte y a signé une texte dans lequel elle revient sur le présent du mouvement féministe.

Après la période où il était de bon ton d’être féministe, est venu celle des « nouveaux féminismes » pour lesquels « le féminisme de nos grands mamans n’est plus d’actualité, » explique Francine Comte. Elisabeth Badinter ou encore Marcela Iacub représentent bien cette tendance qui considère acquise l’égalité homme / femme.

« Egalement loin des bonnes vieilles luttes de terrain, émerge, dans la même veine, un "post-féminisme", » continue-t-elle, qui « dénonce les féministes ancienne manière, en particulier les lesbiennes féministes, qui se battent contre le moulins à vent de la domination masculine, et les accuse de figer les "différences" en revendiquant des droits pour les femmes, au lieu de jouer résolument le registre de l’égalité et de la plus totale subversion morale. »

Francine Comte évoque ensuite les fortes tensions dans les collectifs de femmes où coexistent différentes composantes. « Celles-ci se déchirent, et sont elles-mêmes déchirées en leur sein, par cette opposition frontale entre le camp d’un féminisme qui s’oppose au voile comme signe de l’oppression des femmes et à toute emprise religieuse, et un féminisme acceptant des démarches différentes, y compris de la part de musulmanes obéissant au précepte du voile, mais luttant pour leur droit à l’avortement ou contre d’autres manifestations du machisme. »

L’auteure analyse ces clivages et espère qu’ils sauront être dépassés. « Il faudrait savoir marcher sur ses deux jambes, cesser d’opposer l’universalisme qui veut qu’on soit d’une même humanité, et la prise en compte de clivages bien réels, vécus dans nos corps, nos esprits, soumis à la domination masculine mais également à la réalité biologique. Il ne convient pas de nier celle-ci, mais de la cerner pour ce qu’elle est, une "petite différence" qui a de grandes conséquences sociales, » estime-t-elle.

Convaincue que le féminisme, s’il marche sur ses deux jambes, est d’une grande actualité, Francine Comte redit en conclusion sa conviction de son caractère fondamentalement émancipateur. « Il ne s’agit pas pour les femmes d’être comme les hommes, mais bien d’en finir avec cette division des rôles hommes/femmes, qui n’a de sens que pour les inférioriser. Et, dans la foulée, d’en finir avec toutes les catégorisations et hiérarchisations. Une émancipation individuelle et collective, bien loin de tout repli communautariste et identitaire. »

Hold up sur l'Europe

Pour les marchands qui nous gouvernent, la partie est simple : l'Europe sera envahie par les masses du tiers monde, c'est un fait démographique.
En effet, l'Europe ayant eu la mauvaise idée de s'autogénocider durant le XX eme siecle en deux guerres aussi stupides que monstreuses, et une horreur de goulag, pendant qu'elle construisait charitablement hopitaux et écoles dans les pays d'où partaient pendant des siècles les maures et autres barbaresques à l'assaut de Rome et d'esclaves européens ... comme l'expliquait Dominique Strauss-Kahn il y a quelques années : " Vous ne pourrez rien contre la pression démographique".
Leur seul probleme est : comment faire du profit dans ces circonstances ?

Ils ont choisi d'accélérer le mouvement migratoire pour pouvoir faire des profits en prélevant les économies et le patrimoine des Européens, tant qu'ils sont encore disponibles.

Le profit résultant du travail à moindre coût fait ici et en Chine est prélevé sous forme de consommation volontaire des Européens endormis, qui presque partout vivent à crédit, crédit public ou privé. Le coût social de l'immigration est financé par du déficit public.

Nos marchandes crétins qui se croient malins sont aussi tout contents de faire du profit en vendant armes et bâtiments aux pétrodollars, contre motus sur l'islam, car nous sommes entre gens de bonne compagnie ...

Mais l'entente des filous ne dure que le temps de chercher le butin, ils devaient le savoir, lorsque vient l'heure du partage ... "Les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre", on pourrait paraphraser cette phrase ironique en disant la même chose des "kouffars" idiots utile des puissants qui s'appuieront sur l'islam pour remporter la mise, en utilisant eux, la terreur, car ils n'auront pas oublié, eux, que "il n'est de richesse que d'hommes" !

Alors ensuite l'Europe blanche endettée et vieillie, incapable mentalement et physiquement de se défendre, n'aura plus qu'à vendre ses derniers enfants à l'esclavage, les "fonds souverains" auront racheté entreprises, banques, terres et forêts, et pour les récalcitrants, les nouveaux maîtres auront une armée de jeunes "jihadistes" prêts à la revanche sur les bolos, au nom de la voie d'allah ...

Evidemment pour que cela fonctionne il faut endormir les consciences, culpabiliser toute interrogation sur l'avenir collectif, rebaptisé nationalisme raciste, et culpabiliser toute interrogation sur les idéologies, en les rebaptisant intolérance et racisme.

Il faut affirmer que les immigrés sont indispensables pour payer les retraites de ceux à qui l'on a chanté qu'il fallait jouir sans entrave ou que leurs enfants trop consommateurs étaient de trop, et ne surtout pas lire pour savoir ce que pensaient les autres, et ne surtout pas réfléchir pour savoir si les autres n'ont pas de vieux parents aussi et toute une famille à soutenir dans leur pays ...

Voilà pourquoi on promeut dans les années 2000 tel footballeur converti l'islam à grand renfort d'émissions sur une chaine de télévision, acquise par un entrepreneur qui a soutenu la politique de regroupement familial dans les années 1970.

A droite comme à gauche, les voix sensées des "traditionnalistes", comme des "écologistes" qui s'inquiètent des dérèglements auxquels mènent cette promesse de "pain et de jeu", ne sont pas écoutées. Et nos réacs de tout poils continuent à "décimer les biches", en voulant continuer à faire des femmes à la fois des "mères" pour les uns et des "putains" pour les autres, mais jamais vraiment des Femmes avec la même liberté et la même valeur que des Hommes ... alors évidemment les femmes réfléchissent à deux fois avant de faire des enfants ...

Peut être que l'on pourrait enrayer le mécanisme si là, maintenant tout de suite, nos "jeunes" retraités se mettaient tous à s'enrôler pour les jobs pour lesquels on fait venir des immigrés, à voter pour des lois rejettant hors de France, ceux qui viennent de pays proclamant la charia comme loi suprême ( tous les pays de l'OCI), (loi qui dit : "Coran 9/29 : "Ceux qui parmi les gens du Livre ne pratiquent pas la vraie religion Combattez les jusqu'à ce qu'ils payent directement le tribut après s'être humiliés"), à part ceux qui ont vraiment mérité de la patrie française en dénonçant les lois islamiques, et si tous, le "Plan", les entreprises, les consommateurs, s'organisaient pour des projets basés sur le retour aux seules ressources durables que nous connaissons à ce jour : la terre, la forêt, les rivières, le vent et le soleil ...

Mais cela n'arrivera pas, nous sommes dans un état de décervellement trop avancé.

"Dans 20 ans, l'Europe sera colonisée par ses anciennes colonies" a dit Vladimir Poutine. Rome s'effondrera à nouveau, pendant que peut etre se relèvera à nouveau la "3ème Rome".

Et commencera peut-être l'alliance des vieilles civilisations, la Russe, la Chinoise et l'Hindoue, civilisations de paysans et de combattants, contre les fils spirituels ou réels des requins voleurs et esclavagistes du désert. (La tribu de Mahomet avait choisi pour totem le "Quraîsh" c'est à dire "Requin").