Joli et triste poeme d'Anne Kerjean

DIMANCHE 21 AOÛT 2011

Mon Pays Cathédrale

Je me souviens de ma vie en France...
Du temps où je vivais dans un pays,
dont on m'avait dit, qu'il était le mien.

A une époque, où les Français me ressemblaient,
et je leurs ressemblais.
Nous parlions la même langue.
Nous nous comprenions.
Nous allions prier Dieu à la Cathédrale,
les uns à côté des autres, en silence.

Nous nous disputions pour des riens
et riions avec sérieux,
autour d'une table bénie.
Dans le Pays qui était le mien,
j'étais heureuse, cela c'est su.

Aujourd'hui, j'ai un frère comme mille.
Il me faut l'adopter, m'a t-on dit,
mais il m'est étranger.
Il parle la "langue Mondiale".
Je ne la comprends pas.
Il érige de drôles de Cathédrales,
pour un autre Dieu,
dont il m'affirme qu'il est aussi le mien.

Nous nous disputons avec sérieux.
Il rit, en me disant que demain,
il priera dans ma Cathédrale,
car elle sera sienne.

Mon Pays, ma belle Cathédrale,
tu m'élevais l'âme vers la Croix,
tu me nourrissais du Pain des Anges.
Mais, ai-je jamais eu un pays ?
Ai-je eu des frères et des sœurs de sang ?
Ai-je eu un pays, une âme, une mère, une Église ?
Marie ?

Mon esprit se trouble.
On me transperce la mémoire
pour me tuer le souvenir
de l'Histoire de son Royaume.
Mon Pays a disparu,
le Monde me l'a volé avec des mots.
Sans mot dire, sous peines médiatiques,
dans le bruit et la fureur,
j'ai crié comme au désert.
J'ai prié comme au Jardin des Oliviers.
Mon frère, qu'es-tu devenu ?
Complice du Prince humaniste ?
Judas au pouvoir ?
Victime terroriste ?
Artiste aux œuvres putrides ?
Scientifique prométhéen,
dont les chimères viennent au Monde,
à la gloire du créateur immonde ?

Et le foetus-cancer atteint la matrice,
dans une funeste libération, tu te crois guérie,
grâce aux lois, des faux docteurs de ce Monde.

Mon Dieu, sauvez-moi
du mensonge des hommes,
et de ses abominations,
Vous que j'ai rencontré,
Vrai Dieu et Vrai Homme,
Vous qui avez entendu mon cri,
dans la Cathédrale, de mon bon Pays.

Un péché grave me tourmente.
Dans mon cœur, je le confesse,
aux nouveaux prêtres de ce Monde,
j'aime mon pays et mes frères de sang.
Mes larmes coulent, sans repentance.
Je suis damnée dans ce Monde,
exilée dans cet étrange Pays.

Mais où sont mes frères de sang ?
Je n'en vois plus qu'un petit reste.
Les autres sont devenus des sœurs étranges.
Sœur, qu'as-tu fait à mon frère de sang ?

La Croix,Trône de mon Roi,
d'un linceul de mensonges est recouverte,
comme au soir du Vendredi Saint.

Le sang coule en Asie et en Orient,
de nouveaux frères spirituels,
aujourd'hui au pied de la Croix,
le Christ me les donne pour me consoler,
de la trahison de mes frères de sang.

Comme au Dimanche de Pâques,
telle est ma Foi,
le Roi des rois ressuscitera,
Mon Pays Cathédrale.

anne.kerjean

Racisme anti-ukrainien



Irina Zhuravskaya Miss Ukraine World 2008


2007, épisode 10 saison 1 de la série " Fais pas ci, fais pas ça", intitulé "Coup de froid", rediffusé cet été le 29 juillet.

Voilà comment France 2 présente l'épisode :
"Synopsis : Les premiers froids arrivent, panne d'électricité chez les Lepic. Pas à dire, rien de mieux que la recherche de chaleur pour rapprocher une famille ! Chez les Bouley, l'excitation est à son comble, c'est aujourd'hui qu'arrive Irina, la jeune fille au pair russe que Denis a trouvé sur internet. Mais voilà Irina ne correspond pas du tout à la photo, Irina est un monstre qui semble ne pas connaître l'existence du savon. Résultat les enfants refusent de l'approcher et les Bouley ne savent plus comment s'en débarrasser."

Un "monstre" montré dans l'épisode comme puant la sueur, puant de la bouche, mangeant comme un ogre, vomissant tout autant, bref un etre répugnant. Le personnage de la mère commente " La diversité culturelle c'est bien mais ...", la saleté est expliquée par la pauvreté en Ukraine ...

Ce portrait d'une jeune ukrainienne est tout simplement raciste, répugnant et raciste.

" Moi j aimais bien cette serie, je me marais a chaque fois qu elle passait...mais je fut assez surprise de voir les deux episodes de cette apres midi, lorsque la famille Bouley accueille une fille au pair ukrainienne qui est representee comme personne qui a un look horrible (on se demande ou est ce qu ils sont parti chercher cette image sachant que justement les filles de l Europe de l Est sont particulierement jolies...), qui put terriblement au point ou ils ne peuvent meme pas rentrer a la maison, qui prend des cours de proprete du pere des Bouley et qui ne fait que manger. Les Bouley expliquent qu elle vient d un pays tres pauvre et que les filles n ont pas les moyens la bas pour se maquiller...et qu elle n arrive pas a manger a sa faim car elle n a jamais vu autant de nourriture...mais c est vraiment du n importe quoi!! "


Egypte "les chambres à gaz sont prêtes"


Vive la décadence, à bas la guerre ...



La guerre éclate en Angleterre ... contre notre occident décadent .. Vive la décadence !


video




video

Comme du temps de Mahomet et sur son "beau modèle", lorsque ses compagnons cherchaient de mauvais prétextes pour attaquer et razzier d'autres tribus, les problèmes "sociaux", le pourcentage élévé de chomage parmi les immigrés "musulmans" dû principalement au comportement de ces "chomistes", excités par les prêcheurs de haine que nos autorités acceptent ici, servent aujourd'hui de prétexte à la guerre contre les non musulmans.



En 2005, la France a risqué la guerre civile en raison de la
présence d’une mosquée. Ecoutons les témoignages de Xavier Lemoine et de Eric
Raoult .

http://www.dailymotion.com/video/xdyxxa_xavier-lemoine-les-emeutes-de-2005_news

entretien accordé par Xavier Lemoine, maire de Montfermeil, à
Reichman TV


Xavier Lemoine

En 2005
Il y a eu deux émeutes…
Il y a eu la première émeute …sur
Clichy et sur Montfermeil..
Au bout de la troisième nuit, les
choses commençaient à se calmer…l’émotion compréhensible au regard de la mort
de leurs deux camarades commençait à s’estomper..
Et puis il y a eu l’episode de la
grenade lacrymogène, à proxoimité, pas dedans, à proximité, de ce qui s’est
révélé être une mosquée, un lieu de culte musulman, mais qui avait tous les
aspects extérieurs d’un centre commercial, et qui a donné une toute autre
connotation …
Il y avait dans ce lieu de culte
un fidèle qui dès que les évènements se sont produits, en temps réel m’a
prévenu…
Le temps que je sorte de chez moi,
j’avais tous les jeunes musulmans sur le pavillionnaires, c’est à dire non pas circonscrits sur le lieu
habituel du conflit, partout, qui étaient à leur portable, et j’entendais « C’est la guerre, c’est la
guerre, ils
ont attaqué une mosquée ».
Et lorsqu’avant, les pierres
descendaient du dixieme étage, des terrasses des grands immeubles, il fall
ait
que les enfants sortent de logements familiaux, montent sur les terrasses et
canardent les forces de police. Et à partir de ce moment là, c’était les pavés
et les morceaux de pierres qui partaient des fenêtres des appartements.
Et donc on a changé de tonalité,
on a doublé les effectifs en présence et donc les jeunes sont venus de partout,
et on a a donné une motivation et une justification à la révolte, qui passé le
moment d’émotion compréhensible, reprenait une connotation qui on l’a vu après,
a été exploité ensuite, puisqu’on a vu les barbus faire d’un coté des messieurs
bons offices , d’autre coté discuté avec
les autorités, troisièment dire c’est pas vrai, bref un jeu de dupes, la télé
l’a montré et en a été victime
également, Et donc on a redonné de l’intensité, et c’est à partir de ce moment
là qu’il y avait une nouvelle justification, que le mouvement a essaimé à
d’autres villes. »

http://rutube.ru/tracks/4518724.html?v=996e5591bea8c80fec96ed764e2f7558&autoStart=true&bmstart=1000

Ménard Sans Interdit juin 2011
Eric Raoult Député de Seine Saint Denis :
« Quand nous avons eu des émeutes urbaines entre le 27
octobre et le 6 novembre 2005, oui on a eu à un moment peur que le pays
tombe dans la guerre civile, parce qu’il
y avait des gens qui s’armaient, il y avait des policiers qui parfois étaient
exténués. »