Traité européen : contre la double haute trahison, manifestez le 4 février.

Tous unis pour la démocratie !

Le 13 décembre 2007, nos "représentants" non représentatifs, ont commis une double haute trahison :
- par le traité de Lisbonne, instituant l'Union Européenne comme une nouvelle personne juridique, avec une organisation oligarchique. LA DEMOCRATIE est RENVERSEE en EUROPE !
- par la résolution contre l'"extrémisme", la critique de l'islam est interdite de facto en Europe : en cela LA CHARIA EST INSTAUREE en EUROPE !

Attac appelle à manifester le 4 février contre la ratification du traité de Lisbonne.

L'attaque contre les droits humains a lieu tous azimuts, cette fois devant l'assemblée générale de l'ONU :

Published on International Humanist and Ethical Union (
Universality of Human Rights under attack at the UN
By admin
Created 3 Jan 2008 - 08:41
The Organisation of the Islamic Conference (OIC) representing the 56 Islamic States renewed its attack on the Universality of Human Rights [0] at the 6th Session of the Human Rights Council [0] that ended on 14 December.
On Human Rights Day, 10 December, Ambassador Masood Khan, speaking on behalf of the OIC, claimed that the 1990 Cairo Declaration of Human Rights in Islam
“.. is not an alternative, competing worldview on human rights. It complements the Universal Declaration as it addresses religious and cultural specificity of the Muslim countries”.
Not an alternative? Even a cursory reading of the Cairo Declaration shows just how widely its definition of human rights differs from those of the UDHR. No “complementary” document (the word implies adding to, not subtracting from) should restrict the rights enshrined in the Universal Declaration. Yet this is precisely what the Cairo Declaration does. Under Shari’ah law a woman has no personal autonomy. A women’s word or the word of a non-Muslim counts as half that of a Muslim man; and they are valued as half that of a Muslim man. No woman is considered an autonomous individual but needs a guardian: her father, husband, son or another male relative, and may not make autonomous decisions. Freedom of religion is limited to freedom to become and remain a Muslim. Apostasy and any actions or statements considered blasphemous are harshly punished, in some states by death.
Ann Elizabeth Meijer in her classic analysis “Islam and Human Rights” describes the declaration as not so much a statement of human rights as a statement of man’s responsibilities towards God. According to Meyer (p66):
“International law does not accept that fundamental human rights may be restricted – much less permanently curtailed – by reference to the requirements of any particular religion. International law does not provide any warrant for depriving Muslims of human rights by according primacy to Islamic criteria.”
In the same speech to the Human Rights Council, Ambassador Khan said that “The OIC was considering the establishment of an independent permanent body to promote human rights in accordance with the provisions of the Cairo Declaration”, and he referred to a decision taken by the May 2007 Islamic Conference of Foreign Ministers to work on an Islamic Charter of Human Rights, a convention of women’s rights in Islam and an Islamic Covenant against Racial Discrimination. Not an alternative?

Our attempted rebuttal

It was disappointing that no delegation was prepared to challenge the absurdity of Pakistan’s claim. IHEU [0] in collaboration with one other NGO [0] attempted to do so in the interactive dialogue the following day but our intervention was ruled “out of order” and our text stricken from the record.
Unwilling to let the matter rest, I joined David Littman of the World Union for Progressive Judaism in writing to Louise Arbour, the High Commissioner for Human Rights (see full text below) requesting a legal ruling as to whether the proposed charter based on The Cairo declaration would conflict with the Universal Declaration. (See below for the full text.)
The elimination of discrimination based on religion or belief

On 14 December at the Human Rights Council Pakistan, again speaking for the OIC, raised objections to the resolution on the Elimination of All Forms of Discrimination Based on Religion or Belief. Despite many weeks of work seeking a compromise with the European Union on this, the OIC had been unable to accept the right to change one’s religion. This objection was also raised by Egypt, Malaysia and many other Islamic states. The resolution also called for the renewal for a further three years of the mandate of the Special Rapporteur on Freedom of Religion or Belief. South Africa objected to the renewal because they found it “inconceivable that her mandate could be silent on monitoring the role that may be played by the media in inciting religious hatred”.
In the event none of the states objecting to the resolution actually voted against – thereby maintaining the myth of their support for universal human rights. What they did do was abstain, safe in the knowledge that under the rules of procedure an abstention is as good as a vote against since to be adopted any resolution requires a majority of member states to vote in favour.
Defamation of Religion

In September 2007 the European Union had attempted to introduce a resolution in the Human Rights Council on the elimination of discrimination based on religion or belief, but its introduction was deferred until December in an attempt by the sponsors to obtain the support of the OIC. Despite quite intensive negotiations, however, it became clear that no agreement would be possible. On December 14, the Pakistani delegate, again speaking for the OIC, said that differences remained on five important issues, inter alia: respect for all religions and beliefs, and respect for national laws and religious norms about the right to change one’s religion. “Hence, we dissociate ourselves from operative paragraph 9(a) because of its phrase ‘including the right to change one’s religion or belief’”. Yet this right is clearly enshrined in Article 18 of the UDHR to which all but one of the Islamic states is signatory.
In the event none of the states objecting to the resolution actually voted against it – thereby maintaining the myth of their support for universal human rights. What they did do however was abstain, safe in the knowledge that in order to be adopted any resolution requires a majority of member states to vote in favour, and their abstentions were therefore equivalent to votes against the resolution. Despite this opposition the resolution was carried by 29 votes to 0, with 18 abstentions.
Defamation of Religion

On 18 December 2007, the UN General Assembly adopted a resolution “Combating Defamation of Religions” by 108 votes to 51 with 25 abstentions. Similar resolutions have been adopted for the past seven years by the old Commission for Human Rights and by the new Council. This is the first time, however, that such a resolution had been passed by the General Assembly. The resolution expresses “deep concern about the negative stereotyping of religions and manifestations of intolerance and discrimination in matters of religion or belief”. But the only religion mentioned by name is Islam. The resolution also notes with deep concern, “the intensification of the campaign to defame religions and the ethnic and religious profiling of Muslim minorities in the aftermath of the tragic events of 11 September 2001”. It emphasises that whilst everyone has the right to freedom of expression, this should be exercised with responsibility – and may therefore be subject to limitations, inter alia “for respect for religions and beliefs”.
The Western delegations stood firm, however, in their opposition to this resolution. The Portuguese delegate, speaking for the EU, explained clearly why:
“The European Union does not see the concept of ‘defamation of religions’ as a valid one in a human rights discourse. From a human rights perspective, members of religious or belief communities should not be viewed as parts of homogenous entities. International human rights law protects primarily individuals in the exercise of their freedom of religion or belief, rather than the religions as such.”
Notwithstanding these objections, those opposing the resolution found themselves on the losing side of a two-to-one majority in favour. The implications of this resolution for freedom to criticise religious laws and practices are obvious. Armed with UN approval for their actions, states may now legislate against any show of disrespect for religion, however they may choose to define “disrespect”.
The Islamic states see human rights exclusively in Islamic terms, and by sheer weight of numbers this view is becoming dominant within the UN system. The implications for the universality of human rights are ominous.

Letter to Mrs. Louise Arbour, High Commissioner for Human Rights
20 December 2007
Your Excellency,
Primacy of the Universal Declaration of Human Rights

The message of OIC Secretary-General, Prof. Ekmeleddin Ihsanoglu, on the occasion of Human Rights Day has just come to our attention, and his statement is noteworthy. It reads, in part:
Respect of Human Rights through effective protection and promotion of equality, civil liberties and social justice is a milestone in the OIC Ten Year Plan of Action. In this regard the OIC General Secretariat is considering the establishment of [an] independent permanent body to promote Human Rights in the Member States in accordance with the provisions of the OIC Cairo Declaration on Human Rights in Islam and to elaborate an OIC Charter on Human Rights. The OIC is also committed to encourage its member States to reinforce their national laws and regulations in order to guaranty strict respect for Human Right[s].”
On Friday, 14 December, I handed to you the two statements we addressed to the Council on 11 December, one concerning Darfur, the other the primacy of the UDHR. We were however unable to complete the latter statement because of a procedural ruling by the President, Ambassador Toru Romulus da Costea, but it was officially circulated at the plenum with the Secretariat’s approval.
In this statement, we noted:
“We were surprised that Pakistan’s Ambassador Masood Khan, speaking yesterday morning on behalf of the OIC, claimed that the Cairo Declaration was “not an alternative competing worldview on human rights”, but failed to mention the shari’a law as “the only source of reference” (articles 24 and 25) in that same Declaration – the shari’a law where there is no equality between Muslim men and women, and between Muslims and non-Muslims.”
The Final Communiqué of the Third Extraordinary Session of the Islamic Summit held in Mecca on 7-8 December 2005 (…) provides a clear message regarding the UN system of human rights:
“The Conference called for considering the possibility of establishing an independent permanent body to promote human rights in Member States as well as the possibility in preparing an Islamic Charter on Human Rights in accordance with the provisions of the Cairo Declaration on Human Rights in Islam and interact with the United Nations and other relevant international bodies.”
We seriously question whether such a body would be “complementary” to the Human Rights Council or whether, given the wording of the Cairo Declaration, it will have shari’a law as its “only source of reference” and be seen as an alternative.
On 14 September 2000, in reply to a communication from the Association for World Education as to the “universality” of the Cairo Declaration of Human Rights in Islam (published in Volume II: Regional Instruments, OHCHR, 1997, pp. 477-84 of A Compilation of International Instruments), the legal advisor to the then HCHR replied:
“The Member States which have acceded to and ratified United Nations Human Rights Conventions remain bound, under all circumstances, by the provisions of those texts as well as the erge omnes obligations under customary international law.”
We are writing to you today to request an official ruling from your legal advisor as to whether the above official statement on Human Rights Day by the OIC Secretary General – in regard to the Cairo Declaration of Human Rights in Islam and a future “Islamic Charter” based on shari’a law – would clash with the UDHR and the Universal Instruments (in, A Compilation.. Volume I, 1993).
Please accept our season’s greetings, and our sincere appreciation for your multifarious efforts in holding to the highest standards of human rights and in guiding the international community along that straight and narrow path toward an appreciation of the universality of the UDHR.
David G. Littman
WUPJ Representative to the UNO, Geneva
Roy W Brown
IHEU main representative, UN Geneva

Source URL:
Copyright © 1952-2008 International Humanist and Ethical Union

L'ADN de l'Empire ressuscite : tant mieux !

· La Russie n’a pourtant jamais été aussi démocratique
Par Dominique Reynié, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris.

Mieux vaut, comme la Chine, ne pas esquisser le moindre geste de démocratisation. Cela n’empêche pas de commercer avec l’Occident et cela vous épargne le désagrément des reproches en matière de libertés. On veut bien croire qu’à force de commercer la Chine finira par se libéraliser, mais on doute qu’à force de voter la Russie finira par se démocratiser. La principale critique que l’on peut adresser aujourd’hui à la Russie est d’imiter lourdement un état politique qu’elle n’a jamais connu et dont nous détenons l’étalon pur et parfait.

Pourtant, dans toute sa longue histoire, on ne voit pas à quel moment la Russie a été plus démocratique qu’aujourd’hui. Depuis toujours et jusqu’aux débuts des années 1990, les Russes n’ont balancé qu’entre le chaos et l’autoritarisme. À présent, de tout ce passé agité, émerge une période de mutation prometteuse, c’est l’ère Gorbatchev-Eltsine-Poutine.

Certains commentateurs laissent penser, voire affirment, que la situation s’est dégradée après Gorbatchev – celui que nous prenions pour un grand chef, mais qui n’aura été qu’un spectateur étonné – ou après Eltsine – cet autocrate brouillon que nous regardions comme un pochard sympathique. Depuis, Poutine serait responsable d’une dérive autoritaire. Fallait-il être naïf ou pressé d’avoir raison pour croire possible le triomphe soudain d’une société civile russe que Gorbatchev et Eltsine auraient libérée. Nous aurions été mieux inspirés de voir dans cette ébullition le démantèlement de l’État. Les Russes étaient livrés à eux-mêmes, pour le plus grand malheur des plus modestes d’entre eux pour lesquels il n’y avait qu’humiliation, misère et insécurité. Désagrégée, la puissance publique abandonnait le pays et ses immenses richesses à tous les clans mafieux auxquels elle était assujettie. Pour gouverner la Russie d’aujourd’hui, il faut certainement composer avec ces redoutables féodalités privées, mais elles sont nées de l’effondrement du communisme et elles ont prospéré sous l’œil du faible Gorbatchev.

Partout, l’ordre public est le premier devoir d’un État parce qu’il conditionne tout le reste. Sortie du communisme, la Russie s’engage dans cette œuvre fondamentale en choisissant un chemin proto-démocratique. Peut-on soupçonner l’existence de fraudes électorales en Russie ? Oui. Peut-on soutenir que le résultat du 2 décembre ne reflète pas la volonté des Russes ? Non. À la question de savoir si le «maître du Kremlin» – périphrase pour nous faire trembler – est populaire auprès de ses compatriotes, la réponse est oui, sans aucun doute. Qui prendra le risque d’affirmer qu’un autre parti, qu’une autre figure, aurait aujourd’hui les faveurs d’une population empêchée de faire prévaloir son choix véritable ?

Qu’est-ce donc qui nous déplaît tant dans ces résultats ? Ce ne peut être le niveau de la participation électorale : il est en forte hausse, de 56 % en 2003 à 62 % aujourd’hui. Avant le scrutin, les critiques assuraient que seul Russie unie, le parti de Poutine, accéderait à la Douma. Ce devait être la preuve du trucage. Mais ce sont finalement quatre formations qui ont su faire élire des représentants. Où donc est la cause de notre frustration ? Sont-ce les communistes, arrivés en deuxième position (11,6 %), qui ne sont pas assez nombreux ? Doit-on juger décevant le score des ultranationalistes de Jirinovski (8,2 %) ? Deux partis libéraux avaient les faveurs de l’Occident, l’un a obtenu 1 % des suffrages, l’autre 1,6 %.

Le point de vue des Occidentaux finit par devenir singulier : d’un côté, nous contestons la victoire du parti qui a pourtant rassemblé plus de 64 % des votes, tandis que, d’un autre côté, nous assurons que d’autres partis auraient dû triompher au motif qu’ils sont libéraux alors que, au total, les Russes ne leur accordent même pas 3 % de leurs suffrages !

Pour rendre compte de ces résultats, il ne suffit pas de souligner le fonctionnement autoritaire du régime ou le défaut de pluralisme dans les médias. Il faut se demander où en est la Russie.

Certes, les inégalités progressent, mais la pauvreté recule. Les Russes consomment plus et mieux que jamais. Le pays n’a pas été aussi stable depuis la chute du communisme. Il est redevenu une puissance internationale de premier plan et l’évolution de la question iranienne semble consacrer son triomphe sur la scène internationale. Indispensables au monde, puissants, plus riches et de nouveau en ordre, tels se voient les Russes avec Poutine. Ils lui attribuent une amélioration sensible de leurs conditions de vie et la restauration de la fierté nationale.

Les Russes en ont terminé avec le communisme, pas avec la demande d’État, ni avec le nationalisme ni avec l’ambition économique ou diplomatique, régionale ou planétaire. Comment pourraient-ils soutenir un processus, fût-il nommé démocratisation, qui produirait le démantèlement de leur puissance publique ? Ils veulent un pouvoir capable de contenir cette guerre civile oligarchique dont ils connaissent le prix. Si nous devons espérer que ce pays fera mieux demain, aujourd’hui il est inconséquent de vouloir l’isoler et présomptueux de le stigmatiser, de le prendre de si haut. Ah ! que de vertus politiques et morales nous attribuons-nous à nous-mêmes dans ces moments d’intransigeance ! Sommes-nous sûrs d’œuvrer ainsi utilement aux progrès de la démocratie dans ce pays ?

Repentance des barbaresques ?

En 1803, Les Etat-Unis consacraient 10 % de leur même budget fédéral à des rançons et autres largesses versées aux Etats dits « barbaresques » : le Maroc, l'Algérie, la Tunisie et la Libye. Ces quatre pays – un empire indépendant, le Maroc, et trois vice-royautés turques quasiment indépendantes – pratiquaient en effet la piraterie dans l'océan Atlantique et en Méditerranée : leurs felouques, légères, rapides, interceptaient les navires de commerce européens ou américains, s'emparaient de la cargaison et capturaient équipages ou passagers. Le sort des prisonniers était horrible : faute d'une rançon que les familles ou les organisations charitables ne pouvaient généralement pas payer, les femmes et les enfants étaient vendus à des fins d'exploitation sexuelle, et les hommes condamnés aux mines ou aux carrières, où la mortalité était de 50 % par an.

La liberté ou le désert


Je fais partie des personnes critiquant l’islam. Pourquoi ? Parce que nous pensons que la progression des idées islamiques est une menace pour l’avenir de nos enfants, et pour la survie de la planête, car l’islam est une dictature qui a toujours massacré et maltraité les non-Musulmans (appelés « kouffars » en arabe), et qui a produit des désastres économiques et écologiques dans tous les pays où elle s’est étendu.

Nous pensons que « le racisme est la plus basse forme de bêtise humaine, mais que la peur de l’islam est une réaction de bon sens ».
Nous ne critiquons pas l’islam pour des raisons honteuses, nous ne voulons aucun mal aux « musulmans », nous critiquons l’islam parce que nous l’avons étudié de façon plus approfondie que ce que dit la grande presse ou la télévision.
On vous dit que la vision négative de l’islam serait due à l’ignorance : c’est faux, au contraire, mieux on connait l’islam, plus on voit que c’est une doctrine à la fois politique et religieuse, dangereuse et barbare.

L’islam, contrairement à ce que disent les grands médias, n’est pas une « religion pacifique » qui aurait été détournée par de méchants extrémistes, les « islamistes ».
Dès l’origine, l’islam est la doctrine d’un groupe de guerriers, dès l’origine le coran règlemente le combat militaire, le butin, le sort des esclaves prises de guerre. L’inventeur de l’islam, Mahomet et ses successeurs, sont des chefs de guerre utilisant, et se vantant d’utiliser, la terreur pour étendre leur empire.
Très tôt, les musulmans qui voulaient quitter l’islam, fuir ses combats, ont été condamnés à la peine de mort.

Certains nous reprochent de critiquer l’islam « plus que les autres religions », et insinuent que nous le ferions pour un sombre motif raciste : nous ne pouvons que les prier d’étudier l’islam. Ils verront que l’islam n’est pas, selon les musulmans érudits eux- mêmes, une « simple » religion, une spiritualité, mais bien une idéologie politique, un régime politique, et que cette idéologie s’oppose point par point aux principes d’égalité et de liberté de conscience (entre autres) du droit français et européen, mais est proche des régimes racistes, esclavagistes et fascistes de sinistre mémoire.

Alors pourquoi nos dirigeants ne nous alertent-ils pas sur l’islam ? La réponse est simple : parce qu’ils veulent ménager leurs rapports avec les pays producteurs de pétrole, parce qu’ils veulent continuer à leur acheter du pétrole, à leur vendre des usines nucléaire, des avions, des constructions, et aujourd’hui parce qu’ils craignent la réaction des personnes immigrées ou d’origine immigrée, originaires de pays musulmans.
Non seulement ils ne nous alertent pas, mais ils sont en train de mettre en place des législations dictatoriales qui interdiront toute critique de l’islam en Europe.

Autrement dit, nos dirigeants sont en train de vendre nos libertés contre du pétrole !
Avant la deuxième guerre mondiale, Churchill a dit « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déhonneur, vous aurez le déshonneur et la guerre ». Aujourd’hui, on peut le paraphraser en disant : « Vous avez voulu le pétrole au prix de la liberté, vous n’aurez ni le pétrole, ni la liberté ».

Nous savons tous que l’humanité va, ces prochaines années, devoir affronter le problème de l’épuisement du pétrole, et d’autres sources d’énergies (l’uranium etc), et trouver des solutions face à des bouleversements écologiques, économiques et démographiques.
Nous pouvons avoir des opinions très variées sur les solutions possibles, sur la justice ou non de nos échanges avec les pays producteurs de pétrole et d’autres matières premières, sur les mouvements de populations sur la planête. Mais il y a pour nous une évidence : les concessions à l’islam ne peuvent en aucun cas être une solution, pour personne, nulle part, elles ne peuvent qu’être une cause supplémentaire de désastres.

Dans l’histoire, l’islam, parce qu’il prône la haine envers les non-musulmans, parce qu’il interdit la liberté de conscience, parce qu’il met l’économie au service de la guerre sainte, n’a connu d’ « âge d’or » que dans les périodes où les musulmans vivaient sur le butin des pays nouvellements soumis à son règne. Ensuite, la stérilisation des esprits et la tyrannie ont produit la désertification des terres et l’effondrement économique et démographique. Si l’islam s’étend en Europe, tel sera l’avenir de l’Europe.

Certains à gauche nous reprochent de critiquer l’islam pour « diviser les prolétaires, occulter les méfaits du capitalisme ». Mais nous ne prônons pas, nous, la division entre musulmans et non musulmans, au contraire, si nous critiquons l’islam, c’est parce qu’il prône, lui, la lutte des musulmans contre les non musulmans. Si certains « divisent pour régner », ce sont tous ceux qui utilisent l’islam pour inciter les musulmans à la haine de l’ « Occident décadent » et au combat, ceux qui financent l’endoctrinement islamique des enfants dans le monde, et tous leurs complices.

Nous n’avons pas le choix : ce sera la liberté ou le désert. Pour l’avenir de nos enfants, de tous les enfants du monde, ceux du monde libre comme ceux des pays aujourd’hui musulmans, nous devons nous battre pour la liberté, contre l’islamisation, contre le désert.
Nous avons tous et toutes, les dirigeants que nous méritons ... si nos dirigeants actuels vendent nos libertés contre du pétrole, c’est parce qu’ils pensent que nous le voulons bien. Montrons leur qu’ils se trompent !

Mais un autre danger venant de la droite nous menace : l’ultra-libéralisme. Le politique doit être le cadre, étatique ou inter-étatique, le cadre contraignant, dans lequel est réfléchi et défendu l’intérêt général, à court et à long terme, du pays, de l’humanité en général. Sans quoi les sociétés tombent aux mains des mafias, et ces mafias feront certainement elles aussi de la terre un désert.

Le danger de la Constitution Européenne est extrême, car elle instaure une oligarchie, elle ouvre la voie par la « démocratie participative » à la dictature des groupes de pression, c’est à dire bien vite des mafias et des dictateurs tout court.
Les « alter-mondialistes » ont entièrement raison de dénoncer les pertes de souveraineté des Etats face aux intérêts privés, il est malheureux qu’ils négligent les risques « idéologiques » de l’islam.

Churchull disait « La démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres ». On peut encore le paraphraser en disant « la Nation est le pire des cadres de la démocratie, à l’exception de tous les autres » ... Car si nous avons tous en mémoire le lien qui mène de la « nation au nationalisme et du nationalisme au racisme », il faut aussi prendre en considération qu’aujourd’hui, on n’a pas trouvé d’autre cadre que les Etats-Nations, pour permettre un minimum de fonctionnement démocratique, et de définition démocratique de l’intérêt général.

Que les inconséquents de gauche, qui veulent donner le droit de vote à tout immigré musulman en France, se posent la question de leur avenir dans quelques années, si la charia était instaurée « démocratiquement »
Que les inconséquents de droite, les géniaux managers, qui ne jurent que par un PIB qui ignore la comptabilité matière et le long terme, et qui ne verraient pas d’un mauvais oeil finalement quelques concessions à la charia pour « tenir » le bas peuple, se posent la questions de la réalité de leurs profits, quand les sols morts ne pourront plus produire de nourriture faute de pétrole.

Nous avons quelques années pour produire les infrastructures et machines, qui nous permettraient de nous adapter à une économie sans énergies fossiles. Au lieu de cela pour l’instant, l’Europe, pour sauver ses « budgets » vend à des rentiers qui n’ont jamais su valoriser ces ressources, sous forme d’armes diverses, la corde pour la pendre, qui ne lui sera d’ailleurs sans doute même pas payée, et laisse venir des populations, qu’elle ne pourra d’ici peu plus nourrir par le produit de sa terre.
Jusqu’à présent, faute de défendre la liberté, nous ne préparons que la guerre et le désert.